mis à jour le

Présidentielle en Zambie: le candidat du pouvoir légèrement en tête

Le candidat du pouvoir à la présidentielle en Zambie, Edgar Lungu, mène d'une courte tête après le dépouillement des bulletins dans 80% des circonscriptions du pays, mais son principal opposant contestait vendredi la crédibilité des résultats.

Selon les résultats de 121 circonscriptions sur 150 publiés vendredi par la Commission électorale, le ministre de la Défense Edgar Lungu a obtenu 701.089 voix au scrutin anticipé de mardi, contre 675.185 pour son principal rival, l'opposant Hakainde Hichilema.

Le premier obtient pour l'instant 48,7% des suffrages et le second 46,9%, les neuf autres candidats se partageant les 4,4% restants.

Le vainqueur de la présidentielle, élu à la majorité simple, dirigera la Zambie jusqu'en septembre 2016, fin du mandat de cinq ans que n'a pas achevé Michael Sata, le chef de l'Etat décédé en octobre.

M. Hichilema, un riche homme d'affaires qui a déjà échoué trois fois à la présidentielle, a mis en cause vendredi la valeur des chiffres déjà rendus publics, et a demandé vendredi à la Commission électorale de s'abstenir de publier de nouveaux résultats.

"Il y a des problèmes qui affectent l'intégrité des résultats", a-t-il lancé après une réunion avec la Commission électorale et des représentants du Front patriotique au pouvoir. "Il n'y a pas de vainqueur pour l'instant et la Commission électorale ne devrait pas annoncer le résultat (final)."

Demandant que les résultats soient vérifiés en présence de représentants des deux camps, il a évoqué le spectre de l'"anarchie" si la Commission électorale ne l'écoute pas.

L'élection était considérée comme ouverte par la plupart des observateurs.

Le ministre de la Défense Edgar Lungu, un juriste de 58 ans, défend les couleurs du Front patriotique (FP), le parti de M. Sata. Son principal adversaire est Hakainde Hichilema, un homme d'affaires 52 ans, pour le Parti de l'unité pour le développement national (UNPD).

Les deux hommes ont des programmes assez proches: ils promettent notamment de lutter contre la pauvreté en attirant des investissements étrangers et en créant des emplois, alors que plus de 60% des Zambiens vivent avec moins de 2 dollars par jour.

Le scrutin s'est globalement déroulé dans le calme mais son organisation a été perturbée par de fortes pluies qui ont rendu difficile l'acheminement du matériel électoral dans certaines régions reculées.

Le candidat Hakainde Hichilema a dénoncé "de la fraude", s'étonnant que certaines régions où il était donné favori n'aient pas reçu à temps les bulletins de vote.  

AFP

Ses derniers articles: Mali: plusieurs personnalités civiles inculpées et écrouées pour tentative de coup d'Etat (avocats)  Castex rencontre Déby au Tchad avant un réveillon avec les troupes françaises  Castex rencontre Déby au Tchad avant un réveillon avec les troupes françaises 

candidat

AFP

Présidentielle au Ghana: le candidat de l'opposition conteste les résultats

Présidentielle au Ghana: le candidat de l'opposition conteste les résultats

AFP

Le Sénégalais Augustin Senghor candidat

Le Sénégalais Augustin Senghor candidat

AFP

Côte d'Ivoire: un autre candidat appelle

Côte d'Ivoire: un autre candidat appelle

pouvoir

AFP

Centrafrique: des groupes armés menacent le pouvoir en cas de "hold-up électoral"

Centrafrique: des groupes armés menacent le pouvoir en cas de "hold-up électoral"

AFP

Ghana: John Mahama, l'ex-président qui veut reprendre les rênes du pouvoir

Ghana: John Mahama, l'ex-président qui veut reprendre les rênes du pouvoir

AFP

Niger: "Baba" Tandja, figure adulée qui avait voulu s'accrocher au pouvoir

Niger: "Baba" Tandja, figure adulée qui avait voulu s'accrocher au pouvoir

présidentielle

AFP

Le Niger toujours dans l'attente des résultats de la présidentielle

Le Niger toujours dans l'attente des résultats de la présidentielle

AFP

Le Niger attend les résultats de la présidentielle

Le Niger attend les résultats de la présidentielle

AFP

Les Banguissois se jaugent en attendant le résultat de la présidentielle

Les Banguissois se jaugent en attendant le résultat de la présidentielle