mis à jour le

CAN: la Tunisie se relance et bascule en tête du groupe B

Menée au score par la Zambie, la Tunisie a redressé la barre in extremis pour obtenir son premier succès à la CAN-2015 (2-1) et s'emparer ainsi de la tête du groupe B, jeudi à Ebebiyin.

Si le contenu laisse toujours à désirer, les Tunisiens ont au moins effectué une belle opération sur le plan comptable. Avec 4 points en deux matches et deux longueurs d'avance sur la RD Congo et le Cap Vert, qui se sont neutralisés (0-0), ils semblent bien partis pour se hisser en quarts de finale avant l'ultime étape du premier tour, lundi face à la RDC.

Mais les "Aigles de Carthage" reviennent de très loin. Au bord du gouffre après l'ouverture du score d'Emmanuel Mayuka (60e), ils ont été sauvés de justesse de la noyade par Ahmed Akaichi (70e) et Yassine Chikhaoui (89e).

Après son entame laborieuse face au Cap Vert (1-1), la Tunisie avait peut-être besoin de ce déclic pour lancer son tournoi. Mais cette victoire est encore en trompe-l'oeil et ne peut décemment satisfaire le sélectionneur belge Georges Leekens, pourtant tout heureux de bénéficier d'un tirage au sort extrêmement favorable. On attend autre chose d'une équipe qui a bouclé invaincue la phase qualificative et abordé la compétition avec le statut de 2e nation africaine au classement Fifa (22e).

Si la Zambie est en très mauvaise posture et risque de quitter prématurément la CAN comme en 2013, tout reste possible pour la RD Congo et le toujours surprenant Cap Vert, qui avait atteint le Top 8 à la surprise générale il y a deux ans. Seule ombre au tableau pour la RDC: la blessure de son capitaine et milieu de terrain Youssouf Mulumbu, touché à la cuisse et sorti sur une civière dès la 20e minute.

 

 

Tunisie

AFP

Tunis et Londres s'attendent

Tunis et Londres s'attendent

AFP

Macron veut doubler les investissements français en Tunisie

Macron veut doubler les investissements français en Tunisie

AFP

Macron en Tunisie pour soutenir la fragile démocratie et son économie

Macron en Tunisie pour soutenir la fragile démocratie et son économie