mis à jour le

Zimbabwe: Mugabe "désolé" d'avoir dû prolonger ses vacances

Le président du Zimbabwe Robert Mugabe est rentré jeudi dans son pays en se disant "désolé" d'avoir dû prolonger ses vacances annuelles en Asie en raison d'une hospitalisation de sa femme Grace.

"Je souhaiterais dire que nous sommes désolés, nous avons été longtemps loin de la maison", a déclaré le président de 90 ans à des officiels et partisans de son parti venu l'accueillir à l'aéroport.

"+Madame Stop-It+ ressentait une douleur sur le côté qui la lancinait", a dit M. Mugabe en utilisant un des surnoms de sa femme Grace, "il s'est avéré qu'elle faisait une crise d'appendicite. Elle a été opérée avec succès et récupère actuelle à l'hôpital."

Grace Mugabe a gagné le surnom de "Madame Stop-It" pour son goût de la réprimande dans les meetings de la Zanu-PF (parti au pouvoir) à l'encontre de ses adversaires, qu'elle soupçonne de comploter pour renverser le leader vieillissant. 

Avant son entrée en politique l'été dernier, Mme Mugabe était plutôt connue au Zimbabwe sous les sobriquets de "reine des emplettes" ou "Gucci Grace"en raison de sa frénésie du luxe. En intégrant début décembre le bureau politique du parti, elle s'est placée dans la course au pouvoir suprême.

La santé de M. Mugabe, 91 ans le mois prochain, à la tête du pays depuis l'indépendance en 1980, fait l'objet de rumeurs récurrentes, et le président zimbabwéen se rend fréquemment à Singapour où il est suivi médicalement. Il était censé revenir au pays la semaine dernière.

Le vice-président Emmerson Mnangagwa, un dur du régime, assurait l'intérim à la tête de l'Etat.

Robert Mugabe s'en est aussi violemment pris jeudi à l'un des anciens cadres de son parti, expulsé au cours d'une large purge début décembre visant les alliés de l'ancienne vice-présidente Joice Mujuru.

"On ne peut rien faire face à un âne errant. C'est juste un âne qui braie. Nous n'avons pas de temps à perdre sur des individus à petite cervelle, déséquilibrés, dérangés mentalement, à la limite presque de la folie", a déclaré le président zimbabwéen en visant son ancien ministre de Affaires présidentielles, Dydimus Mutasa, récemment purgé.

M. Mutasa a menacé la semaine dernière de contester devant les tribunaux son expulsion, ainsi que celles de plusieurs cadres de la Zanu-PF.

Joice Mujuru et ses alliés avaient été la cible d'une violente campagne menée par Mme Mugabe, qui a les a accusé de comploter au renversement de son mari.

 

AFP

Ses derniers articles: Tunisie: troubles nocturnes quelques jours après les dix ans de la révolution  RDC: Lumumba "héros de l'Afrique" honoré par Tshisekedi et Mukwege  Soudan: plus de 80 morts dans des violences tribales au Darfour (nouveau bilan) 

Mugabe

AFP

Zimbabwe: l'ex-président Mugabe a laissé 10 millions de dollars et des propriétés

Zimbabwe: l'ex-président Mugabe a laissé 10 millions de dollars et des propriétés

AFP

Au Zimbabwe, la "bataille pour le corps" de Mugabe a fait rage jusqu'au bout

Au Zimbabwe, la "bataille pour le corps" de Mugabe a fait rage jusqu'au bout

AFP

L'ex-président Robert Mugabe enterré en famille dans son village

L'ex-président Robert Mugabe enterré en famille dans son village

vacances

AFP

Algérie: les étudiants manifestent pour la 25e semaine, malgré les vacances

Algérie: les étudiants manifestent pour la 25e semaine, malgré les vacances

AFP

En Algérie, les étudiants refusent le bonus de vacances "empoisonné" des autorités

En Algérie, les étudiants refusent le bonus de vacances "empoisonné" des autorités

AFP

Au Nigeria, les vacances "Instagram" pour découvrir le pays

Au Nigeria, les vacances "Instagram" pour découvrir le pays