mis à jour le

Tanzanie: les belligérants sud-soudanais

Les belligérants sud-soudanais devaient signer mercredi à Arusha, dans le nord tanzanien, un accord de réconciliation au sein du parti au pouvoir, où les tensions ont abouti au conflit qui ravage la plus jeune nation du monde depuis plus d'un an.

Le président Salva Kiir et son ancien vice-président et rival Riek Machar doivent assister à la signature de cet accord de réconciliation entre les factions rivales au sein du SPLM, au pouvoir depuis l'indépendance en juillet 2011 du Soudan du Sud.

La rencontre est présidée par le chef de l'Etat tanzanien Jakaya Kikwete.

Sont aussi présents les présidents kényan Uhuru Kenyatta et ougandais Yoweri Museveni, dont les pays ont d'importants intérêts économiques au Soudan du Sud et qui sont engagés depuis plus de 12 mois dans un laborieux processus de médiation. L'Ouganda a aussi déployé des troupes en soutien à Salva Kiir.

"Nous essayons d'entamer la fin du conflit armé", a déclaré le porte-parole du gouvernement ougandais, Ofwono Opondo.

Le vice-président sud-africain, Cyril Ramaphosa, est aussi présent.

La guerre civile a éclaté en décembre 2013 au Soudan du Sud sur fond de rivalité au sein du SPLM. Elle oppose les forces gouvernementales loyales à Salva Kiir à des troupes fidèles à Riek Machar, accusé par son rival d'avoir fomenté un coup d'Etat.

Partis de la capitale Juba, les affrontements se sont très vite étendus à plusieurs autres régions du pays et ont dégénéré en massacres inter-ethniques. Aucun bilan officiel n'est disponible, mais les observateurs parlent de dizaines de milliers de morts.

La dernière rencontre entre MM. Kiir et Machar remonte à novembre. Les deux hommes, alors réunis dans la capitale éthiopienne Addis Abeba, s'étaient mis d'accord pour un énième cessez-le-feu, violé comme les précédents en quelques heures.

Les pourparlers à Arusha se déroulent en parallèle à ceux menés à Addis sous l'égide de l'organisation intergouvernementale est-africaine Igad, qui doivent eux reprendre fin janvier en marge du prochain sommet de l'Union africaine.

Pendant ce temps, sur le terrain, les combats continuent.

Cette semaine, le porte-parole de l'armée sud-soudanaise, Philip Aguer, a affirmé que les troupes gouvernementales et les rebelles s'étaient violemment affrontés dans l'Etat des Lacs (centre). Il a aussi accusé les hommes de Riek Machar d'avoir saboté un puits de pétrole dans celui d'Unité.

"Les forces de Machar sèment la destruction (...) brûlant des villages, détruisant des puis de pétrole", a-t-il dit.

AFP

Ses derniers articles: Niger: "Baba" Tandja, figure adulée qui avait voulu s'accrocher au pouvoir  Ethiopie: au moins 600 civils tués dans le "massacre" du 9 novembre au Tigré (institution publique éthiopienne)  Sahara occidental: le grand désarroi du ferrailleur de Guerguerat 

accord

AFP

Libye: accord des deux camps rivaux pour un "cessez-le-feu permanent"

Libye: accord des deux camps rivaux pour un "cessez-le-feu permanent"

AFP

Soudan: signature samedi d'un accord de paix, reste son application

Soudan: signature samedi d'un accord de paix, reste son application

AFP

Le chef du Pentagone signe

Le chef du Pentagone signe

Arusha

AFP

Génocide au Rwanda: la justice internationale doit trancher sur le transfert de Kabuga

Génocide au Rwanda: la justice internationale doit trancher sur le transfert de Kabuga

AFP

Génocide au Rwanda: Kabuga devra être transféré

Génocide au Rwanda: Kabuga devra être transféré

AFP

Génocide rwandais: les acquittés du TPIR en errance

Génocide rwandais: les acquittés du TPIR en errance

paix

AFP

Ethiopie: Abiy Ahmed, de Nobel de la paix

Ethiopie: Abiy Ahmed, de Nobel de la paix

AFP

RDC: en Ituri, la vie brisée d'un enseignant dans l'attente d'une paix fragile

RDC: en Ituri, la vie brisée d'un enseignant dans l'attente d'une paix fragile

AFP

RDC: d'ex-chefs de guerre en émissaires de paix auprès des miliciens en Ituri

RDC: d'ex-chefs de guerre en émissaires de paix auprès des miliciens en Ituri