mis à jour le

CAN: la Côte d'Ivoire évite le pire d'entrée mais perd Gervinho

La Côte d'Ivoire a évité de justesse une énorme claque face à la Guinée (1-1) pour ses débuts dans la CAN-2015, mardi à Malabo, mais a perdu gros avec l'exclusion de Gervinho peu avant l'heure de jeu pour un vilain geste sur Naby Keita.

C'est un véritable coup de tonnerre qui a failli s'abattre sur le stade de la capitale équato-guinéenne, mais les Eléphants peuvent remercier Seydou Doumbia, auteur d'une égalisation salvatrice qui préserve les apparences (72e).

Malgré leur effectif quatre étoiles et leur potentiel offensif impressionnant, les Ivoiriens ont longtemps subi la loi du pays considéré comme le plus faible du groupe D, qui a ouvert le score sur une magnifique reprise du Lyonnais Mohamed Yattara (36e), avant d'être libérés par le but de l'attaquant du CSKA Moscou.

Les troupes d'Hervé Renard reviennent de très loin mais le carton rouge reçu par Gervinho (58e), leur attaquant le plus saignant, pourrait leur coûter cher avant de se frotter aux deux autres "cadors" du groupe D, le Mali et le Cameroun.

Si ce nul met du baume au coeur du peuple guinéen, durement affecté par le virus Ebola, il constitue un avertissement sans frais pour la Côte d'Ivoire qui attend un sacre continental depuis 1992 et doit se reconstruire après la retraite de la légende Didier Drogba.

Hervé Renard, vainqueur de la CAN en 2012 avec la Zambie à la surprise générale, avait martelé avant la rencontre que ses joueurs ne pouvaient pas être considérés comme des favoris. Les faits lui ont donné raison.

"Je suis persuadé que même à dix contre onze, on avait les moyens de gagner le match, a toutefois déclaré le technicien français après la rencontre. Notre production a été moyenne mais il reste deux matches pour se qualifier, rien n'est terminé."

 

- Indigne d'un prétendant au titre -

 

La prestation des "Eléphants" a en tout cas été indigne d'un prétendant au titre, seul Gervinho par sa vitesse parvenant à amener le danger dans le camp guinéen. L'attaquant de l'AS Rome a ainsi trouvé la barre transversale après un relais avec Wilfried Bony (17e) avant d'écraser son tir croisé (35e).

Pour le reste, rien à signaler du côté des stars ivoiriennes, totalement amorphes. Yaya Touré, le quadruple meilleur joueur africain, a tenté tant bien que mal d'orienter le jeu sans vraiment se projeter vers l'avant. Salomon Kalou a été transparent et Bony, fraîchement transféré à Manchester City, n'a pas du tout justifié les 35 millions d'euros investis par le club anglais pour le recruter, incapable de faire la moindre différence devant.

Il s'est quelque peu rattrapé en fin de match en délivrant la passe décisive à Doumbia.

Son seul fait d'armes : une reprise de plus de 25 mètres détournée en corner par le gardien adverse Naby-Moussa Yattara (47e).

L'addition aurait même pu être bien plus lourde pour les Eléphants, Ibrahima Traoré touchant la barre sur une belle frappe enroulée (61e).

Pas de quoi fanfaronner donc pour les Ivoiriens, qui devront se ressaisir sous peine de connaître une énorme désillusion.

 

 

AFP

Ses derniers articles: Burkina: les procès "point de départ d'une vraie réconciliation"  Nigeria: de "nombreux morts" dans l'effondrement d'une église  Angola: le parti au pouvoir lance sa campagne électorale 

Gervinho

AFP

Footballeurs africains: Aubameyang n'a pas suffi, Gervinho monte en puissance

Footballeurs africains: Aubameyang n'a pas suffi, Gervinho monte en puissance

AFP

CAN: la Côte d'Ivoire

CAN: la Côte d'Ivoire

AFP

Mondial-2014: l'Ivoirien Gervinho attend encore son "grand moment"

Mondial-2014: l'Ivoirien Gervinho attend encore son "grand moment"