mis à jour le

Algérie: le corps du Français décapité Hervé Gourdel retrouvé

L'armée algérienne a retrouvé après plus de trois mois de recherches le corps du touriste français Hervé Gourdel enlevé puis décapité en septembre par un groupe jihadiste, ont annoncé jeudi des sources sécuritaires à l'AFP.

Le corps était séparé de la tête. Les deux parties étaient enterrées séparément dans la montagne d'Abi Youcef à quelque 160 km au sud-est d'Alger, près de la région d'Akbil où le Français avait été enlevé par Jund al-Khilafa ("les soldats du califat"), selon ces sources.

Des experts de la gendarmerie se sont rendus sur place pour effectuer des prélèvements génétiques en vue de confirmer officiellement l'identité du corps. Ils ont été rejoints par le procureur spécialisé dans les affaires de terrorisme et un juge d'instruction en charge du dossier.

Les militaires ont dû faire appel aux artificiers pour exhumer le corps, des engins explosifs ayant été placés tout autour du lieu où la victime avait été enterrée.

Hervé Gourdel, guide de haute montagne de 55 ans originaire du sud de la France, avait été enlevé le 21 septembre au coeur du massif du Djurdjura par Jund al-Khilafa qui a affirmé l'avoir exécuté en représailles à l'engagement de la France aux côtés des Etats-Unis dans les frappes contre le groupe jihadiste Etat islamique en Irak.

Cette exécution montrée dans une vidéo avait eu une résonance mondiale en pleine assemblée générale de l'ONU et avait conduit l'armée algérienne à mobiliser 3.000 soldats pour traquer les auteurs de l'enlèvement.

Mercredi, une unité d'élite spécialisée dans la lutte antiterroriste, aidée d'une brigade cynophile, a relancé ses fouilles dans les communes voisines d'Abu Youssef et d'Akbil à la suite d'indications fournies par un islamiste armé détenu.

Le 22 décembre, l'armée a tué à Issers (65 km à l'est d'Alger) le chef de Jund al-Khilafa, Abdelmalek Gouri, qui avait revendiqué l'exécution d'Hervé Gourdel.

Après la décapitation du Français, la justice avait lancé des poursuites contre quinze personnes, toutes de nationalité algérienne, soupçonnées d'y avoir participé. Deux d'entre elles ont été tuées en novembre, selon les autorités.

Jund al-Khilafa a surgi sur la scène jihadiste fin août en affirmant dans un communiqué avoir quitté Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), dénoncée pour sa "déviance", et fait allégeance à l'EI, un groupe ultraradical responsable d'atrocités, dont la décapitation de plusieurs journalistes occidentaux en Syrie.

AFP

Ses derniers articles: Le prix Nobel Wole Soyinka répond aux attaques sur les réseaux sociaux  Angleterre: Bolasie (Everton) va être opéré d'un genou  Abus sexuels en Centrafrique: des Casques bleus mis en cause 

corps

AFP

Dix corps retrouvés sur un bateau au large des côtes libyennes

Dix corps retrouvés sur un bateau au large des côtes libyennes

AFP

RDC: six corps de militants de l'opposition tués en septembre exposés publiquement

RDC: six corps de militants de l'opposition tués en septembre exposés publiquement

AFP

Mali: l'armée retrouve les corps de cinq soldats disparus

Mali: l'armée retrouve les corps de cinq soldats disparus

français

AFP

Génocide rwandais: enquête sur le rôle de responsables français

Génocide rwandais: enquête sur le rôle de responsables français

AFP

Mali: décès d'un militaire français blessé vendredi

Mali: décès d'un militaire français blessé vendredi

AFP

Génocide: une commission rwandaise accuse 22 officiers supérieurs français

Génocide: une commission rwandaise accuse 22 officiers supérieurs français