mis à jour le

Le Sénégal interdit la diffusion de Charlie Hebdo et Libération de mercredi

Le Sénégal a interdit mercredi la diffusion "par tout moyen" de l'édition du jour de l'hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo et du quotidien français Libération qui publient une caricature du prophète Mahomet en Une.

"Il est interdit de distribuer et de diffuser, par tout moyen, les éditions de ce jour de l'hebdomadaire français +Charlie Hebdo+ et du quotidien français +Libération+, sur toute l'étendue du territoire national", rapporte l'agence de presse sénégalaise (APS, publique), citant un communiqué du ministère de l'Intérieur.

"Les contrevenants s'exposent aux lois et règlements en vigueur", ajoute le texte.

Aucun journal sénégalais ni site d'information n'avait mercredi reproduit la Une de Charlie Hebdo, journal non distribué en kiosque dans le pays, mais disponible dans certaines librairies, dont la rédaction a été décimée le 7 janvier par un attentat revendiqué mercredi par Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa).

Sur cette Une, un personnage barbu en turban censé représenter Mahomet tient une pancarte "Je suis Charlie", le slogan des millions des manifestants qui ont défilé en France et à l'étranger pour condamner les attentats jihadistes qui ont visé l'hebdomadaire satirique, une policière et un supermarché casher, faisant 17 morts au total à Paris.

Cette édition, critiquée par de nombreux musulmans, l'islam interdisant le représentation des prophètes, va bénéficier d'un tirage record de cinq millions d'exemplaires cette semaine. De nombreux journaux dans le monde ont reproduit sans attendre cette Une d'un numéro exceptionnel, préparé dans les locaux du quotidien de gauche Libération. 

Le Sénégal, "république laïque" où la presse est libre et les censures de journaux rares, compte plus de 90% de musulmans. Plusieurs chefs religieux locaux ont dénoncé les caricatures du prophète par Charlie Hebdo.

Le chef de l'Etat sénégalais Macky Sall, également président de l'Organisation de la coopération islamique (OCI), a participé à la "marche républicaine" organisée à Paris dimanche contre "le terrorisme", s'attirant des critiques dans le pays.

Un billet du journal privé Le Quotidien lundi soulignait que les dirigeants africains présents "ont voulu se donner une bonne image de protecteurs de droits et libertés", alors que chacun, y compris M. Sall, "a des dossiers de violations des libertés élémentaires dans son propre pays".

Une marche dans les rues de Paris ne nous fera pas oublier cela. Au contraire, Macky aura intérêt à bien faire attention à ses prochains actes, car on les lui rappellera certainement à la prochaine interdiction !", prévenait le journal.

De son côté, le quotidien privé Walfadjiri, dont le propriétaire appartient à une famille religieuse musulmane, assimilait la participation à ce rassemblement à une approbation des caricatures, déplorant que "Macky marche avec les caricatures du Prophète", soulignant que "six chefs d'Etat africains acceptent ce que le Maroc a refusé".

 

diffusion

AFP

Tunisie: la télé publique menace de suspendre la diffusion du foot

Tunisie: la télé publique menace de suspendre la diffusion du foot

AFP

Kenya: la Haute Cour suspend l'interdiction de diffusion de trois médias

Kenya: la Haute Cour suspend l'interdiction de diffusion de trois médias

AFP

Algérie: indignation après la diffusion d'images brutales de la guerre civile

Algérie: indignation après la diffusion d'images brutales de la guerre civile

interdit

AFP

RDC: menacé de toutes parts, le parc des Virunga interdit l'abattage d'arbres

RDC: menacé de toutes parts, le parc des Virunga interdit l'abattage d'arbres

AFP

Hong Kong interdit les ventes d'ivoire lors d'un vote historique

Hong Kong interdit les ventes d'ivoire lors d'un vote historique

AFP

Le Burkina interdit les importations de Corée du Nord

Le Burkina interdit les importations de Corée du Nord

libération

AFP

Niger: dix ONG demandent la libération d'activistes détenus depuis mars

Niger: dix ONG demandent la libération d'activistes détenus depuis mars

AFP

Congo: des ONG appellent

Congo: des ONG appellent

AFP

Congo-Brazzaville: Ras-le-bol demande la libération de 23 de ses membres

Congo-Brazzaville: Ras-le-bol demande la libération de 23 de ses membres