mis à jour le

Ouganda: Ongwen, un des chefs de la rébellion LRA, sera jugé par la CPI

L'un des principaux chefs de la rébellion ougandaise LRA, Dominic Ongwen, qui s'est rendu la semaine dernière aux soldats américains en Centrafrique, sera livré à la Cour pénale internationale qui le recherche pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité, a annoncé l'armée ougandaise mardi.

"Il a finalement été décidé que Dominic Ongwen serait acheminé à La Haye", aux Pays-Bas, où siège la CPI, a déclaré le porte-parole de l'armée ougandaise, Paddy Ankunda.

Dominic Ongwen s'est rendu la semaine dernière aux forces spéciales américaines présentes en Centrafrique pour traquer l'Armée de résistance du Seigneur. Il est recherché par la CPI notamment pour esclavage d'enfants et Washington offrait 5 millions de dollars pour sa capture.

Toute la semaine dernière, des discussions ont eu lieu entre l'Ouganda et les Etats-Unis pour déterminer le sort du rebelle. Le ministre ougandais de la Défense, Crispus Kiyonga, avait un temps affirmé qu'il serait livré à Kampala, avant de revenir sur ses déclarations.

Ongwen, l'un des derniers commandants de la LRA encore en fuite avec son chef Joseph Kony, sera finalement envoyé directement de Centrafrique à la CPI, a ajouté mardi M. Ankunda.

"Ongwen sera transféré à la CPI par les autorités centrafricaines", a-t-il déclaré.

La LRA a été créée dans le nord de l'Ouganda en 1987. Le mouvement, chassé en 2006 d'Ouganda par l'armée, s'est alors scindé en petits groupes, éparpillés dans les forêts équatoriales des pays de la région, dont la Centrafrique.

Selon l'ONU, la rébellion a, depuis sa création, tué plus de 100.000 personnes en Afrique centrale et enlevé plus de 60.000 enfants.

Ongwen, âgé d'environ 35 ans, lui-même ancien enfant-soldat, est accusé d'avoir commandé de sanglantes campagnes de la milice dans le nord de l'Ouganda au début des années 2000. Campagnes au cours desquelles des milliers de personnes ont été tuées ou enlevées, pour devenir enfants-soldats ou esclaves sexuels.

Il est également accusé d'attaques contre des civils en République démocratique du Congo.

Selon l'armée ougandaise, Joseph Kony, également poursuivi par la CPI, reste le dernier dirigeant de la LRA toujours en liberté. 

AFP

Ses derniers articles: A Bamenda l'anglophone, on veut quitter la maison Cameroun "sans dire au revoir"  La détention de militaires ternit l'image de la "nouvelle Gambie"  Cameroun: échauffourées 

CPI

AFP

Le Burundi devient le premier pays

Le Burundi devient le premier pays

AFP

Gabon/violences post-électorales: le gouvernement rejette toute autre "enquête internationale" que la CPI

Gabon/violences post-électorales: le gouvernement rejette toute autre "enquête internationale" que la CPI

AFP

Burundi: l'ONU presse la CPI d'enquêter sur des crimes contre l'humanité

Burundi: l'ONU presse la CPI d'enquêter sur des crimes contre l'humanité

juge

AFP

Ethiopie: un ancien proche de Mengistu jugé aux Pays-Bas

Ethiopie: un ancien proche de Mengistu jugé aux Pays-Bas

AFP

Ethiopie: un ancien proche de Mengistu jugé aux Pays-Bas

Ethiopie: un ancien proche de Mengistu jugé aux Pays-Bas

AFP

Le Soudan gracie un défenseur des droits de l'Homme jugé pour espionnage

Le Soudan gracie un défenseur des droits de l'Homme jugé pour espionnage

rebellion

AFP

Burundi: arrestation des deux leaders de la principale rébellion

Burundi: arrestation des deux leaders de la principale rébellion

AFP

Est de la RDC: sept morts dans des combats entre l'armée et une rébellion

Est de la RDC: sept morts dans des combats entre l'armée et une rébellion

AFP

RDC: la rébellion Kamwina Nsapu, un défi tribal

RDC: la rébellion Kamwina Nsapu, un défi tribal