mis à jour le

Ouganda: un des chefs de la sanguinaire LRA sera livré

Recherché par la Cour pénale internationale (CPI), Dominic Ongwen, l'un des derniers chefs encore en fuite de la sanguinaire rébellion ougandaise LRA, sera livré à La Haye par la Centrafrique, où il s'est rendu, a affirmé mardi Kampala.

"Il a finalement été décidé que Dominic Ongwen serait acheminé à La Haye", siège de la CPI aux Pays-Bas, a déclaré le porte-parole de l'armée ougandaise, Paddy Ankunda.

Dominic Ongwen s'est rendu la semaine dernière aux forces spéciales américaines présentes en Centrafrique pour traquer l'Armée de résistance du Seigneur (LRA), brutale rébellion responsable de multiples exactions contre les populations civiles d'Afrique centrale.

Washington offrait 5 millions de dollars pour sa capture. La CPI le recherche notamment pour esclavage d'enfants, crimes de guerre et crimes contre l'humanité.

Toute la semaine dernière, des discussions ont eu lieu entre l'Ouganda et les Etats-Unis pour déterminer le sort du rebelle. Le ministre ougandais de la Défense, Crispus Kiyonga, avait un temps affirmé qu'il serait livré à Kampala, avant de revenir sur ses déclarations.

L'Ouganda est signataire du traité de Rome fondateur de la CPI. A ce titre, Kampala aurait été tenue de livrer elle aussi Ongwen à La Haye. Mais rien n'aurait été assuré: le président ougandais Yoweri Museveni ne cesse de fustiger une juridiction internationale qui, selon lui, s'acharne contre le continent africain, et qu'il conseille à ses pairs de quitter.

Mardi, la présidence ougandaise a cependant assuré, contrairement à ce qu'Ongwen avait affirmé au cours du week-end sur un enregistrement audio diffusé à la télévision, que Yoweri Museveni ne pouvait pas l'amnistier, la loi "ne s'appliquant pas aux rebelles impliqués dans des crimes contre l'humanité ou des crimes de guerre".

Dans le passé, plus de 12.000 anciens combattants de la LRA ont été amnistiés par Kampala, dans le cadre d'un programme destiné à faire déposer les armes aux rebelles encore en fuite. Mais ces mesures ont généralement concerné des combattants de base de la milice, qui avaient eux-mêmes souvent été enlevés.

- Tacticien -

Ongwen, longtemps très proche du chef de la LRA Joseph Kony, sera finalement envoyé directement de Centrafrique à la CPI, a ajouté mardi M. Ankunda.

"C'est la Centrafrique, qui, en concertation avec les autorités concernées, s'occupe de le livrer à la CPI (...). Très bientôt, espérons-le", a-t-il dit.

A La Haye, la CPI a indiqué être "en contact avec les autorités concernées". Son porte-parole, Fadi el-Abdallah, a simplement ajouté que la Cour saluerait "toute coopération" allant dans le sens d'un transfert du rebelle à La Haye.

Créée aux alentours de 1987, la LRA opérait alors dans le nord de l'Ouganda, où elle a multiplié les exactions - enlèvements d'enfants transformés en soldats et en esclaves, mutilations et massacres de civils. Elle en a été chassée au milieu des années 2000 par l'armée ougandaise, avant de s'éparpiller dans les forêts équatoriales des pays alentour, dont la Centrafrique.

Selon l'ONU, la rébellion a, depuis sa création, tué plus de 100.000 personnes en Afrique centrale et enlevé plus de 60.000 enfants.

Des victimes de la LRA ont raconté les rites initiatiques brutaux de la milice, des enrôlés de forces contraints de mordre et matraquer amis et parents à mort, de boire du sang. Il est probable qu'Ongwen, lui-même enlevé par la rébellion quand il avait dix ans, ait dû en passer par là.

Ongwen, qui, au fil des ans, s'est distingué au sein de la milice pour sa loyauté dans le crime, son courage au combat et ses qualités de tacticien, est accusé d'avoir commandé de sanglantes campagnes dans le nord de l'Ouganda au début des années 2000. Campagnes au cours desquelles des milliers de personnes ont été tuées ou enlevées, pour devenir enfants-soldats ou esclaves sexuels.

Aujourd'hui âgé d'environ 35 ans, il est également accusé d'attaques contre des civils en République démocratique du Congo voisine.

Selon l'armée ougandaise, Joseph Kony, également poursuivi par la CPI et dont la tête est aussi mise à prix 5 millions de dollars par les Etats Unis, reste le dernier dirigeant de la LRA toujours en liberté. La milice, elle-même, ne compterait plus qu'environ 150 hommes.

AFP

Ses derniers articles: Alger salue la coopération avec la Belgique sur les migrants  Les tribulations d'un aviateur casse-cou au Soudan du Sud  Casques bleus soupçonnés d'abus sexuels en Centrafrique: le Gabon et le Burundi promettent des sanctions 

livre

AFP

En Libye, le Livre vert de Kadhafi aux oubliettes

En Libye, le Livre vert de Kadhafi aux oubliettes

AFP

Libération d'un détenu mauritanien de Guantanamo qui a dénoncé cette prison dans un livre

Libération d'un détenu mauritanien de Guantanamo qui a dénoncé cette prison dans un livre

AFP

Corneille dévoile pour la première fois ses blessures dans un livre

Corneille dévoile pour la première fois ses blessures dans un livre

LRA

AFP

En Ouganda, les rescapés de la LRA suivent avec émotion le procès d'un de leurs bourreaux

En Ouganda, les rescapés de la LRA suivent avec émotion le procès d'un de leurs bourreaux

Joseph Lony

En Centrafrique, la radio comme arme contre la LRA

En Centrafrique, la radio comme arme contre la LRA

AFP

Centrafrique: la LRA a enlevé plus de 200 personnes, dont 50 enfants

Centrafrique: la LRA a enlevé plus de 200 personnes, dont 50 enfants