mis à jour le

Charlie Hebdo: le Maroc met en garde contre "l'islamophobie"

Le gouvernement marocain a mis en garde jeudi contre l'islamophobie au lendemain de l'attentat contre le siège du journal Charlie Hebdo à Paris, alors que le royaume compte une importante diaspora en Europe, notamment en France.

Eviter "l'amalgame entre islam et terrorisme" est une "responsabilité collective" et il faut barrer la route "à ce qui peut nourrir le sentiment d'islamophobie", a déclaré, lors d'un point de presse hebdomadaire, le porte-parole du gouvernement Mustapha El Khalfi. 

Tout en condamnant "une attaque terroriste" et un "acte criminel", il s'est félicité de "la position de la France" qui refuse "l'amalgame entre l'islam et le terrorisme". 

"L'islam est une religion de paix et non de crime et de vengeance", a poursuivi M. Khalfi, issu du parti islamiste Justice et développement (PJD), rappelant que de nombreux Marocains sont installés en Europe.

Le Maroc, pays de 35 millions d'habitants, compte plus de 1,3 million de ressortissants en France et quatre millions au total en Europe.

Plusieurs appels à des "sit-in de deuil et de solidarité" avec les victimes ont en outre été lancés au Maroc, via les réseaux sociaux notamment. L'un d'eux est prévu vendredi à 18H00 à Rabat, la capitale.

 

garde

AFP

RDC : l'épiscopat met en garde contre des appels pour un 3ème mandat de Kabila

RDC : l'épiscopat met en garde contre des appels pour un 3ème mandat de Kabila

AFP

RDC: une garde tuée et deux touristes britanniques enlevés dans les Virunga (direction du parc)

RDC: une garde tuée et deux touristes britanniques enlevés dans les Virunga (direction du parc)

AFP

Ports africains: garde

Ports africains: garde

Maroc

AFP

Mondial-2018: le Maroc avec 23 joueurs désignés, pas de surprise

Mondial-2018: le Maroc avec 23 joueurs désignés, pas de surprise

AFP

Espagne: Munir El Haddadi ne pourra pas jouer le Mondial avec le Maroc

Espagne: Munir El Haddadi ne pourra pas jouer le Mondial avec le Maroc

AFP

Le Maroc gère ses "revenants", selon son chef de l'antiterrorisme

Le Maroc gère ses "revenants", selon son chef de l'antiterrorisme