mis à jour le

Ouganda: l'armée confirme la reddition de l'un des principaux chefs de la LRA

L'armée ougandaise a confirmé mercredi que Dominic Ongwen, l'un des principaux chefs de la sanglante Armée de résistance du Seigneur (LRA) de Joseph Kony, était aux mains des forces spéciales américaines en Centrafrique.

"Sa reddition place la LRA dans la plus vulnérable des positions", a déclaré Paddy Ankunda, le porte-parole de l'armée ougandaise. Selon lui, Dominic Ongwen s'est d'abord rendu aux rebelles centrafricains de l'ex-Séléka, avant d'être remis aux militaires américains.

L'ex-commandant de la LRA est accusé par la Cour pénale internationale de crimes contre l'humanité et crimes de guerre.

On ignorait dans l'immédiat si les Américains vont remettre Ongwen au gouvernement ougandais.

Interrogé sur ce point, M. Ankunda a répondu: "nous réglons les formalités".

Bien que l'Ouganda soit signataire du traité de Rome instaurant la CPI et légalement obligé de livrer le chef rebelle au tribunal basé à La Haye (Pays-Bas), le président Yoweri Museveni a appelé le mois dernier les pays africains à quitter ce traité, accusant la justice internationale d'être devenue un "outil pour prendre pour cible" le continent.

Dominic Ongwen est détenu dans la ville centrafricaine d'Obo (sud-est), près des frontières avec le Soudan du Sud et la République démocratique du Congo (RDC), a précisé le porte-parole ougandais.

La confirmation de la reddition d'Ongwen fait suite à l'annonce la veille par le département d'Etat américain qu'un homme prétendant être un commandant de la LRA était détenu par les militaires américains déployés pour traquer le chef de la rébellion Joseph Kony.

Depuis longtemps chassés d'Ouganda, de petits groupes de combattants LRA errent dans des zones forestières de Centrafique, de RDC, du Soudan et du Soudan du Sud. Leur chef Joseph Kony, qui prétend avoir des pouvoirs mystico-religieux, serait basé dans l'enclave de Kafia Kingi, contrôlée par le Soudan.

Avec la reddition d'Ongwen, Kony, poursuivi par la CPI, reste le dernier leader de la LRA toujours en liberté, a indiqué M. Ankunda. La mort de son adjoint, Okot Odiahambo, a déjà été annoncée mais pas confirmée pour l'instant.

"Il ne reste plus que Kony", a dit M. Ankunda.

AFP

Ses derniers articles: Soudan: la contestation appelle  Ebola: après une fausse alerte, le Kenya veut rassurer sur sa capacité de réponse  Algérie: 6 mois ferme pour l'ex-patron des patrons Ali Haddad, lié 

l'armée

AFP

Opérations de l'armée française dans le Gourma malien et au Burkina

Opérations de l'armée française dans le Gourma malien et au Burkina

AFP

Soudan: l'armée annule ses accords avec les contestataires, appelle

Soudan: l'armée annule ses accords avec les contestataires, appelle

AFP

Des centaines de Soudanais manifestent en soutien

Des centaines de Soudanais manifestent en soutien

LRA

AFP

L'Ougandais Ongwen, "victime" de la LRA avant d'être chef de guerre (avocat)

L'Ougandais Ongwen, "victime" de la LRA avant d'être chef de guerre (avocat)

AFP

L'Ougandais Ongwen, "victime" de la LRA avant d'être chef de guerre

L'Ougandais Ongwen, "victime" de la LRA avant d'être chef de guerre

AFP

Patrick Kidega, ancien rebelle de la LRA témoigne sur son passé de milicien

Patrick Kidega, ancien rebelle de la LRA témoigne sur son passé de milicien