mis à jour le

Avec "Timbuktu", Abderrahmane Sissako rêve d'un Oscar pour l'Afrique

"Timbuktu", film magistral d'Abderrahmane Sissako sur la vie quotidienne à Tombouctou occupé par les islamistes, est le premier film mauritanien candidat à l'Oscar du meilleur film étranger, et il est parvenu à se hisser en pré-sélection. Déjà une victoire en soi, a expliqué le cinéaste à l'AFP.

Gagner un Oscar "serait avant tout une victoire de l'Afrique. Etre dans une +short list+, c'est déjà quelque chose de rare pour le continent, et quand ça arrive on a l'impression que c'est lui qui avance, qu'on parlera de lui différemment ne serait-ce qu'un instant", a-t-il déclaré en marge du festival du film de Palm Springs, en Californie.

Le fait que ce film "au propos actuel" touche les gens, "y compris les votants" de l'Academy of Motion Picture Arts and Sciences, qui décerne les Oscars, "est une satisfaction", ajoute-t-il.

Cette coproduction française concourt avec huit autres titres retenus parmi un record de 83 films, aux côtés du polonais "Ida" ou du russe "Leviathan". La liste des cinq finalistes sera annoncée le 15 janvier avant la cérémonie de remise des prestigieuses statuettes dorées le 22 février.

"Timbuktu", à la cinématographie épurée et lumineuse, sortira le 28 janvier aux Etats-Unis. Il est depuis le 10 décembre sur les écrans français après avoir remporté le prix du jury oecuménique au festival de Cannes, entre autres distinctions, et récolté des critiques dithyrambiques.

L'actualité brûlante liée aux massacres du groupe Etat Islamique en Syrie et en Irak a contribué à la visibilité du film.

 

- Phénomène d'identification -

 

"Depuis la première à Cannes, il y a eu un phénomène d'identification à la victime en Europe et aux Etats-Unis," avec les vidéos d'exécutions d'otages occidentaux diffusées par les islamistes sur internet et relayées par les médias, "mais l'EI n'a pas commencé par couper les têtes d'Américains. Il y a des exécutions de masse, des viols quotidiens" loin des caméras, souligne le réalisateur âgé de 53 ans.

"Timbuktu" dépeint le courage des habitants qui se battent pour garder leur dignité, leur vie, et notamment des femmes, contraintes d'abord de se couvrir le corps et le visage jusqu'à ne plus pouvoir travailler, d'adolescentes mariées de force, violées, au risque d'être tuées. Les hommes, les femmes résistent, continuent à chanter même sous la torture, à jouer au football même sans ballon, à parler à l'envahisseur pour le mettre face à ses contradictions. 

"Cette forme de résistance, c'est la survie même, elle existe partout, mais on ne les voit pas. Combien de femmes qui ont refusé d'être violées et qui sont mortes? Imaginez ce qui se passe en Syrie en ce moment", interroge le réalisateur qui a voulu montrer que "la principale victime, c'est l'islam".

Tombouctou, occupée en 2012 par les islamistes d'Aqmi et d'Ansar Dine, "est une ville connue pour sa religiosité, mais aussi pour sa foi ouverte qui n'exclut pas les autres, sa compassion. C'est ça qui a été pris en otage", estime le cinéaste aux cheveux marqués d'une mèche blanche.

Le film devait initialement être tourné au Mali. "A un mois du tournage à Tombouctou, qui était déjà libérée (par l'opération militaire française Serval, ndlr), il y a eu un attentat suicide devant la garnison. Là, je me suis dit que c'était naïf d'amener une équipe étrangère de Français, de Belges. On aurait été des cibles privilégiées. On a finalement tourné à Oualata, en Mauritanie, avec le soutien de l'Etat, qui a décidé de sécuriser le plateau".

Le film n'a pas encore été montré au Mali, mais l'a été en Mauritanie, où le cinéaste s'est réinstallé il y a quatre ans après de nombreuses années passées en France. "La sortie nationale était nécessaire pour pouvoir concourir aux Oscars", remarque notamment Abderrahmane Sissako, qui fait le constat de la déshérence du cinéma en Afrique, un continent où les salles de cinéma ont largement péréclité et où la production de films est anémique. 

Après "En attendant le bonheur", "Bamako" et "Timbuktu", ce cinéaste travaille sur un nouveau projet, beaucoup moins politique, "sur la Chine et l'Afrique, avant tout une histoire d'amour. Je veux montrer la mondialisation, la réalité d'un monde qui change".

AFP

Ses derniers articles: Alger salue la coopération avec la Belgique sur les migrants  Les tribulations d'un aviateur casse-cou au Soudan du Sud  Casques bleus soupçonnés d'abus sexuels en Centrafrique: le Gabon et le Burundi promettent des sanctions 

oscar

AFP

Oscar Pistorius placé sous surveillance anti-suicide

Oscar Pistorius placé sous surveillance anti-suicide

AFP

Oscar Pistorius hospitalisé après une chute dans sa cellule

Oscar Pistorius hospitalisé après une chute dans sa cellule

AFP

Oscar Pistorius, de l'Olympe sportive

Oscar Pistorius, de l'Olympe sportive