mis à jour le

RDC: Ban souhaite une Monusco réduite mais plus agile

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a recommandé de réduire de 2.000 hommes, soit 10% environ, les effectifs de la Mission de l'ONU en République démocratique du Congo, malgré la persistance de nombreuses rébellions dans l'est du pays.

Dans un rapport transmis au Conseil de sécurité, dans la perspective du renouvellement du mandat de la Monusco en mars, M. Ban suggère aussi de rendre la force onusienne "plus efficace dans l'accomplissement de son mandat". 

"Il est recommandé de réduire les effectifs autorisés de la Monusco de 2.000 hommes", indique le rapport dont l'AFP a eu copie.

La force, présente depuis 15 ans en RDC, compte quelque 20.000 soldats et un millier de policiers, essentiellement déployés dans l'Est, en proie à des conflits depuis plus de 20 ans.

Il s'agit parallèlement de la transformer en "une force plus mobile et plus agile, capable de prévenir ou de répondre rapidement à des crises", notamment par la mise en place "d'unités rapidement déployables".

M. Ban recommande en particulier de "prolonger d'une année supplémentaire le déploiement de la Brigade d'intervention" de la Monusco, forte de 3.000 hommes.

RDC: Ban souhaite une Monusco réduite mais plus agile"Neutraliser et désarmer les groupes armés" - la mission de cette Brigade - "reste en effet un impératif", souligne-t-il.

Il faut aussi que la Brigade soit "rendue plus énergique" et que les autres composantes de la Monusco "jouent un rôle plus actif dans la protection des civils".

Le rapport constate en effet que "le déploiement de la Monusco reste essentiellement statique et passif". Certains contingents, déplore-t-il, ne patrouillent qu'en plein jour ou "n'ont pas en plusieurs occasions patrouillé dans les zones les plus vulnérables". 

La République démocratique du Congo a salué la recommandation pour une Monusco plus efficace sur le terrain.

"Nous avons toujours dit que la Monusco pouvait faire mieux. Plus de mobilité, plus d'agilité, plus d'efficacité: cela répond à nos préoccupations. C'est tout à fait un point de vue que nous partageons", a déclaré à l'AFP Lambert Mende, porte-parole du gouvernement, préférant laisser aux "experts" militaires le soin de réagir sur la réduction de l'effectif proposée.

Le chef de la Monusco Martin Kobler avait annoncé il y a un mois une réduction de ses effectifs autorisés en 2015 en raison d'une amélioration de la sécurité dans certaines zones.

Les Casques bleus et l'armée congolaise ont annoncé avoir lancé lundi une offensive contre les rebelles burundais des Forces nationales de libération (FNL) dans l'est de la RDC, ce qui leur a permis de prendre plusieurs bases de ces rebelles hutus près de la frontière avec le Burundi, dans la province congolaise du Sud-Kivu.

L'ONU a aussi annoncé lundi que la Monusco se préparait à mener une offensive, en appui à l'armée congolaise, contre les Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR, rebelles hutus rwandais), toujours dans l'Est.

AFP

Ses derniers articles: Fifa: deux ex-dirigeants africains radiés  Mali: le procès du chef de l'ex-junte Sanogo renvoyé  Alger salue la coopération avec la Belgique sur les migrants 

ban

AFP

Mali: appel de Ban Ki-moon

Mali: appel de Ban Ki-moon

AFP

Le Soudan du Sud est "au bord du gouffre", avertit Ban Ki-moon

Le Soudan du Sud est "au bord du gouffre", avertit Ban Ki-moon

AFP

Sahara occidental: Ban exige le plein rétablissement de la mission de l'ONU

Sahara occidental: Ban exige le plein rétablissement de la mission de l'ONU

monusco

AFP

RDC: la Monusco va renforcer sa présence

RDC: la Monusco va renforcer sa présence

AFP

RDC: pour les habitants de Beni, la Monusco est

RDC: pour les habitants de Beni, la Monusco est

AFP

RDC: manifestation hostile

RDC: manifestation hostile