mis à jour le

Gambie: les forces de l'ordre manifestent en soutien au président Jammeh

Des centaines de membres des forces de l'ordre gambiennes, dont des soldats et des policiers, ont manifesté samedi à Banjul pour soutenir le régime du président Yahya Jammeh, quatre jours après l'attaque du palais présidentiel, a appris l'AFP auprès de plusieurs témoins.

Plusieurs centaines de soldats, policiers, surveillants pénitentiaires et sapeurs-pompiers ont marché du siège de l'Assemblée nationale aux abords du palais présidentiel, dans le centre de Banjul, sur moins d'un kilomètre, pour manifester leur solidarité au président Jammeh, ont indiqué ces témoins.

Le ministre gambien des Affaires étrangères, Bala Garba Jaxumpa, a participé à cette manifestation destinée à prouver la loyauté des forces de sécurité au président Jammeh, après l'attaque contre le palais présidentiel à Banjul le 30 décembre.

Les manifestants ont été accueillis à l'issue de la marche par la vice-présidente de Gambie, Isatu Ndie Saidy, au nom du président Jammeh. 

Ils portaient des banderoles et des pancartes sur lesquelles on pouvait lire: "Longue vie au président", "Notre commandant en chef est notre leader" ou encore "Yahya Jammeh pour toujours", selon des images de la marche obtenues par l'AFP.

Le président Jammeh, 49 ans, cumule cette fonction avec celle de ministre de la Défense. Arrivé au pouvoir en 1994 à la suite d'un coup d'Etat, M. Jammeh dirige depuis lors d'une main de fer la Gambie, une ex-colonie anglaise entièrement enclavée dans le Sénégal à l'exception de sa façade maritime sur l'Atlantique.

Le dirigeant gambien avait affirmé mercredi dans un discours qu'il n'y avait eu "aucune participation d'éléments des Forces armées de Gambie" à cette attaque, elles "ont été vraiment loyales", avait-il dit.

Le président Jammeh, en visite privée à Dubaï lors de l'attaque du 30 décembre, a démenti dans la nuit de mercredi à jeudi une tentative de putsch militaire et évoqué un assaut de "terroristes soutenus par des puissances" étrangères, évoquant "des dissidents basés aux Etats-Unis, en Allemagne et au Royaume-Uni".

Selon des sources militaires gambiennes, l'attaque lancée mardi vers 03H00 (locales et GMT) a été menée par des hommes lourdement armés venus par pirogue à Marina Parade, sur la corniche est de Banjul, où est situé le palais présidentiel.

Après l'attaque du 30 décembre, plusieurs dizaines de civils et de militaires ont été arrêtés en Gambie et une grande quantité d'armes et d'explosifs, destinés aux assaillants, découverts, a affirmé jeudi à l'AFP une source proche de l'enquête. 

AFP

Ses derniers articles: Amical: la Côte d'Ivoire plonge un peu plus la Russie dans le doute  Attentat de Grand-Bassam: un des cerveaux, chef de l'attaque  Procès de Simone Gbagbo en Côte d'Ivoire: ses avocats n'assisteront pas 

forces

AFP

Côte d'Ivoire: le gouvernement condamne la mutinerie des forces spéciales

Côte d'Ivoire: le gouvernement condamne la mutinerie des forces spéciales

AFP

RD Congo: nouveaux affrontements entre forces de sécurité et une milice

RD Congo: nouveaux affrontements entre forces de sécurité et une milice

AFP

Libye: 13 étrangers libérés de Syrte par les forces gouvernementales

Libye: 13 étrangers libérés de Syrte par les forces gouvernementales

président

AFP

Le président somalien appelle l'ONU

Le président somalien appelle l'ONU

AFP

Burkina: le président de l'Assemblée Salifou Diallo

Burkina: le président de l'Assemblée Salifou Diallo

AFP

Nigeria: le président Buhari de retour après 2 mois d'absence

Nigeria: le président Buhari de retour après 2 mois d'absence

soutien

AFP

Niger: 16 soldats tués mercredi, la France apporte son soutien

Niger: 16 soldats tués mercredi, la France apporte son soutien

AFP

Soutien affiché des Premiers ministres du Benelux

Soutien affiché des Premiers ministres du Benelux

AFP

Soudan du Sud: Machar ne rentrera pas

Soudan du Sud: Machar ne rentrera pas