mis à jour le

Niger: procès d'un trafic de bébés impliquant un opposant

Accusé d'implication dans un trafic international de bébés, Hama Amadou, ex-président du Parlement du Niger devenu opposant en exil, doit être jugé par contumace à partir de vendredi pour cette affaire qui fait grand bruit dans la perspective de la présidentielle de 2016.

Cet opposant au président Mahamadou Issoufou est en fuite en France et sera jugé par contumace s'il ne rentre pas avant le procès. Il est poursuivi par la justice nigérienne avec une vingtaine d'autres personnes, dont son épouse, qui ont obtenu la liberté provisoire après cinq à six mois de détention.

Issus des milieux politiques, économiques ou militaires nigériens, les prévenus sont notamment accusés de "supposition d'enfant". Ce délit, qui consiste à attribuer la maternité d'un enfant à une femme qui ne l'a pas mis au monde, est passible de deux à huit ans de prison. 

Cette affaire retentissante avait éclaté en juin dernier. 

Elle a mis en lumière le phénomène des "usines à bébés", sortes de cliniques privées accueillant des femmes enceintes avant de vendre leurs bébés. Ces "usines" sont régulièrement démantelées au Nigeria, grand voisin au sud du Niger.

Le "réseau" sur lequel le tribunal correctionnel de Niamey doit se pencher "concerne plutôt des femmes ou leurs époux qui n'arrivent pas à avoir d'enfants et qui ont recours aux trafiquants", a expliqué à l'AFP une source judiciaire. Une trentaine de bébés, dont des jumeaux, sont concernés par ce trafic entre le Nigeria, où ils ont été conçus par des mères anonymes, le Bénin par où ils transitent, et le Niger où ils ont été emmenés, a précisé cette source.

Le parquet de Niamey assure disposer d'"indices" qui prouvent que les "infractions sont établies", grâce à un "travail laborieux et méticuleux" mené dans ces trois pays.

- Un procès 'politique'? -

Pour Nouhou Arzika, un acteur de la société civile, "la procédure d'instruction a été normale".

Cependant, dans ce pays du Sahel parmi les plus pauvres du monde, l'affaire a vite pris une tournure très politique.

Le climat politique s'est en effet tendu depuis que Hama Amadou était passé en août 2013 dans l'opposition au président Issoufou, dont il avait permis l'accession au pouvoir en avril 2011 grâce à une alliance de second tour. Pour ses partisans, M. Amadou est désormais le principal adversaire du chef de l'Etat pour la présidentielle de 2016.

L'ancien patron du Parlement, déjà remplacé à la tête de l'institution, avait précipitamment quitté le Niger fin août, après l'autorisation par les députés de son audition par la justice dans l' affaire de trafic de bébés. Un mandat d'arrêt a ensuite été émis en septembre à son encontre.

Depuis la France, l'opposant n'a de cesse de dénoncer "un complot" du régime. "Cette action présumée de trafic d'enfants, aucun élément n'a été fourni pour l'étayer (...) C'est un dossier politique comme les autres", s'est-il défendu. Son parti, le Mouvement démocratique nigérien (Moden), accuse le pouvoir de chercher à "abattre Hama".

La majorité défend fermement le bien-fondé de la procédure judiciaire.

"Fermer les yeux, c'est ça qui aurait été politique", a répliqué le ministre de la Justice Marou Amadou. Pour lui, "ce dossier est un dossier de droit commun" et "n'est donc pas politique".

"Si cette affaire pourrait contribuer à affaiblir" l'ex-président du Parlement, "c'est tant pis pour lui", a lâché le ministre des Affaires étrangères Mohamed Bazoum, président du Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme (PNDS, au pouvoir).

AFP

Ses derniers articles: Mondial  Violences en RDC: volte face de Kinshasa qui promet une enquête  Algérie: arrestation de 12 adeptes d'une secte accusés de "prosélytisme" 

bébés

AFP

Côte d'Ivoire: prévention et massage pour lutter contre la pneumonie chez les bébés

Côte d'Ivoire: prévention et massage pour lutter contre la pneumonie chez les bébés

AFP

Bénin: le combat des maternités contre la transmission du sida aux bébés

Bénin: le combat des maternités contre la transmission du sida aux bébés

Santé

Comment des SMS ont sauvé des milliers de bébés au Rwanda

Comment des SMS ont sauvé des milliers de bébés au Rwanda

opposant

AFP

Tunisie: la famille d'un opposant assassiné exige "la vérité"

Tunisie: la famille d'un opposant assassiné exige "la vérité"

AFP

RDC: Étienne Tshisekedi, mobutiste zélé mué en éternel opposant

RDC: Étienne Tshisekedi, mobutiste zélé mué en éternel opposant

AFP

Soudan du Sud: un opposant risque d'être expulsé du Kenya

Soudan du Sud: un opposant risque d'être expulsé du Kenya

procès

AFP

Côte d'Ivoire: nouveau report du procès de Simone Gbagbo au 7 mars

Côte d'Ivoire: nouveau report du procès de Simone Gbagbo au 7 mars

AFP

Côte d'Ivoire: ouverture du procès des "disparus du Novotel"

Côte d'Ivoire: ouverture du procès des "disparus du Novotel"

AFP

Côte d'Ivoire: ouverture mardi du procès des "disparus du Novotel"

Côte d'Ivoire: ouverture mardi du procès des "disparus du Novotel"