mis à jour le

Liberia: "Je suis un vainqueur-né", dit Weah, ex-footballeur élu sénateur

L'opposant libérien et ex-star du football international George Weah s'est qualifié lundi de "vainqueur-né", commentant son élection comme sénateur du Liberia avec une large avance sur son principal adversaire, un des fils de la présidente Ellen Johnson Sirleaf.

"Je suis un vainqueur-né", a déclaré à l'AFP dans un entretien par téléphone M. Weah, qui va siéger au Sénat pour la province de Montserrado (ouest), la plus peuplée du pays, où est située la capitale Monrovia.

C'est son premier mandat électif depuis sa reconversion dans la politique il y a quinze ans, après une exceptionnelle carrière sportive en Europe. En 2005, il avait été battu à l'élection présidentielle par Ellen Johnson Sirleaf. Mme Sirleaf a été réélue en 2011 face à un "ticket" dans lequel Weah convoitait la vice-présidence.

George Weah, un des responsables du Congrès pour le changement démocratique (CDC), a soutenu avoir toujours remporté les élections auxquelles il a participé mais avoir été spolié de ses victoires.

"J'ai toujours gagné aux élections, mais mes victoires m'ont été volées", a assuré l'ex-footballeur, qui était le candidat du CDC à Montserrado aux élections sénatoriales du 20 décembre avec pour adversaire principal Robert Sirleaf, en lice en indépendant.

M. Weah a obtenu 78% des voix, M. Sirleaf a réuni 10,8% des suffrages, d'après les résultats de la Commission électorale nationale (NEC).

"J'ai toujours dit que personne ne pouvait prendre Montserrado au CDC. J'ai toujours battu Mme Sirleaf à Montserrado, le fils ne pouvait pas faire ce que la mère n'a pas pu faire", a ajouté l'ex-footballeur, très populaire dans son pays où il est surnommé "Mister George".

"C'est maintenant l'heure de se mettre au travail pour les populations de Montserrado, et c'est cela ma priorité", a-t-il conclu.

Dans un entretien à l'AFP à Monrovia en mai dernier, George Weah avait annoncé sa candidature aux sénatoriales mais également à la présidentielle prévue en 2017.

Avant de se consacrer à la politique, il a été une star du football, notamment récompensé du Ballon d'Or en 1995. Il était alors le premier non-Européen à recevoir le trophée et reste à ce jour le seul Africain à figurer à ce palmarès.

Star en Europe, idole dans son pays, M. Weah n'a toutefois jamais pu faire briller sur la scène internationale l'équipe de son pays.

AFP

Ses derniers articles: La guerre du Biafra: une page douloureuse de l'histoire du Nigeria  Cinquantenaire de la guerre du Biafra entre frustration et espoir  Libération d'un Français enlevé début mars en RD Congo