mis à jour le

Mauritanie: la défense fait appel de la condamnation

Les avocats d'un jeune Mauritanien incarcéré depuis près d'un an pour un écrit considéré comme blasphématoire envers le prophète Mahomet et condamné à mort cette semaine pour apostasie par un tribunal du nord-ouest de la Mauritanie ont interjeté appel, a indiqué à l'AFP dimanche une source judiciaire.

Les défenseurs de Mohamed Cheikh Ould Mohamed, 29 ans, ont saisi vendredi la Cour d'appel de Nouadhibou, ville où il est détenu depuis le 2 janvier, a précisé sous couvert d'anonymat cette source jointe sur place.

M. Ould Mohamed - également identifié comme Cheikh Ould Mohamed Ould Mkheitir - a été reconnu coupable d'apostasie et condamné à mort le 24 décembre par la Cour criminelle de Nouadhibou. Le tribunal lui reprochait d'"avoir parlé avec légèreté du prophète Mahomet et enfreint aux ordres divins" dans un article publié brièvement sur des sites Internet mauritaniens en janvier 2014.

Avant et durant son procès, il s'est repenti tout en niant l'accusation à son encontre, selon des sources judiciaires.

Devant la cour, il a expliqué qu'il n'avait pas l'intention de critiquer le Prophète, mais de défendre une composante sociale "mal considérée et maltraitée", la caste des forgerons ("maalemines"), dont il est lui-même issu, traditionnellement au bas de l'échelle sociale.

Ses avocats, commis d'office, sont très discrets sur leurs activités autour de ce procès dont le verdict a provoqué des manifestations de joie.

En interjetant appel, la défense espère obtenir "une application moins rigoureuse des textes, surtout que le Code pénal prévoit des conditions atténuantes en cas de repentir", a indiqué la source judiciaire jointe dimanche.

Une source proche du parquet de Nouadhibou a toutefois mis en doute la sincérité de la contrition formulée par M. Ould Mohamed.

"Le prévenu n'a pas exprimé un repentir en bonne et due forme. Un repentir au conditionnel n'en est pas un au regard de la loi", a-t-elle dit à l'AFP dimanche.

Pour elle, ces "différences d'appréciation de la forme du repentir au regard du Code pénal mauritanien et leurs conséquences pour l'avenir jurisprudentielles risquent de constituer l'essentiel des débats qui marqueront le procès en appel" dont la date reste à fixer.

La Mauritanie est une République islamique où la charia (loi islamique) est en vigueur mais dont les sentences extrêmes comme les peines de mort et de flagellation ne sont plus appliquées depuis environ trois décennies.

La peine de mort n'y est pas officiellement abolie mais la dernière éxécution remonte à 1987, selon Amnesty International.

AFP

Ses derniers articles: Afrique du Sud: l'incendie au Cap menace le centre-ville, des habitants évacués  Tchad: 300 rebelles et cinq militaires tués dans le Nord, selon l'armée  Un rapport rwandais affirme que la France "porte une lourde responsabilité" dans le génocide 

apostasie

AFP

Mauritanie: première condamnation

Mauritanie: première condamnation

AFP

Soulagement pour la famille de la Soudanaise condamnée pour apostasie

Soulagement pour la famille de la Soudanaise condamnée pour apostasie

AFP

Soudan: une chrétienne condamnée

Soudan: une chrétienne condamnée

appel

AFP

Marche du Hirak

Marche du Hirak

AFP

RDC: la CPI rend son arrêt dans le procès en appel de l'ex-chef de guerre Ntaganda

RDC: la CPI rend son arrêt dans le procès en appel de l'ex-chef de guerre Ntaganda

AFP

Sénégal: la contestation suspend son appel

Sénégal: la contestation suspend son appel

condamnation

AFP

Ouganda: soulagement

Ouganda: soulagement

AFP

Soudan: la condamnation de Béchir pour corruption confirmée en appel

Soudan: la condamnation de Béchir pour corruption confirmée en appel

AFP

Sénégal: décès d'un chef religieux au lendemain de sa condamnation

Sénégal: décès d'un chef religieux au lendemain de sa condamnation