mis à jour le

RDC: six personnes tuées dans le nord-est

Six personnes ont été tuées et cinq autres blessées par de "présumés" rebelles ougandais dans une localité du nord-est de la République démocratique du Congo, refuge de déplacés fuyant les massacres, a indiqué vendredi de la mission de l'ONU (Monusco).

L'attaque "a été perpétrée dans la nuit du 25 décembre dans le village de Ndalya, situé à 15 km au nord de Eringeti - une attaque au cours de laquelle six personnes ont été tuées par arme [à feu] et cinq autres blessées", a déclaré à l'AFP le lieutenant-colonel Félix Basse, porte-parole de la Monusco.

Les cinq rescapés, tous blessés "par arme" à feu, "ont été évacués au centre de santé de Eringeti", et la Monusco a "immédiatement déployé une patrouille du contingent népalais" pour éclaircir les circonstances de l'attaque, a précisé le porte-parole militaire.

Il a attribué ces violences à de "présumés" membres de l'ADF, les Forces démocratiques alliées, une rébellion musulmane ougandaise présente depuis 1995 dans une région montagneuse du territoire de Beni, dans la province du Nord-Kivu (est).

Ce territoire a été le théâtre d'une série de massacres imputés à l'ADF, et qui ont fait plus de 260 morts entre octobre et décembre. Dans la nuit du 17 au 18 octobre, une vingtaine de personnes avaient été tuées à Eringeti, poussant des milliers d'habitants à fuir à Ndalya, en Province Orientale (nord-est).

Les tueries de civils ont été essentiellement perpétrées à l'arme blanche (machettes, hache, bêches...).

Le 19 décembre, le Haut-commissariat aux réfugiés de l'ONU (HCR) s'inquiétait que "la violence" enregistrée en territoire de Beni "s'est aussi propagée vers le nord, en Province Orientale, où sept personnes ont été tuées et leur village (...) incendié dans la nuit du 16 au 17 décembre".

Interrogé vendredi par l'AFP, Monulphe Bosso, porte-parole du gouverneur de la Province Orientale, Jean Bamanisa, a pour sa part souligné que, "jusqu'à présent", la province n'avait "pas eu d'attaque" du même genre que celles du territoire de Beni.

Depuis janvier, l'ADF a perdu ses importants bastions en raison d'attaques de l'armée congolaise et des Casques bleus de l'ONU. Mais profitant d'un relâchement des opérations depuis août, elle a repris l'initiative. Le 13 décembre, l'armée a annoncé une reprise musclée de l'offensive conjointe.

AFP

Ses derniers articles: Ghana: les rastas prêchent pour la paix avant la présidentielle  Ghana: dernière ligne droite avant la présidentielle  RD Congo: nouveaux affrontements entre forces de sécurité et une milice