mis à jour le

Ouganda: d'ex-rebelles blessés par balles lors d'une tentative de rapatriement

Plusieurs ex-combattants du M23, cantonnés en Ouganda depuis la défaite de cette rébellion congolaise, ont été blessés par balles mardi lors d'une opération de "rapatriement forcé" vers la République démocratique du Congo (RDC) menée par l'armée ougandaise, a affirmé le président du M23.

L'armée ougandaise avait annoncé mardi matin sur Twitter que "les soldats du M23 allait être enfin remis aujourd'hui au gouvernement de RDC à l'aéroport (international) d'Entebbe", à une trentaine de km de Kampala, avant d'annoncer "un changement" des "horaires" de l'opération, sans autre détail.

"Ce matin vers 04H00 (01H00 GMT) des camions (de l'armée ougandaise) sont arrivés pour embarquer de force", les quelque 1.300 ex-combattants du M23 ayant fui la RDC lors de la déroute de leur rébellion en novembre 2013 et cantonnés depuis dans un camp à Bihinga, à quelque 380 km au sud-ouest de Kampala, a expliqué à l'AFP le président du M23, Bertrand Bisimwa.

"Ils ont refusé d'embarquer dans les camions (...) des coups de feu sont partis" du côté de l'armée ougandaise, a ajouté M. Bisiimwa, joint à Kampala où il réside depuis Nairobi. Il a précisé avoir confirmation d'un nombre indéterminé de blessés et "peut-être des morts".

Le porte-parole de l'armée ougandaise, Paddy Ankunda, n'était pas joignable. Mais un responsable militaire ougandais a confirmé, sous le couvert de l'anonymat, que l'opération de rapatriement avait rencontré "une résistance" et que plusieurs ex-combattants du M23 avaient été blessés par balle.

Des renforts militaires ont été déployés à Bihinga pour "rétablir la situation" et retrouver certains ex-officiers rebelles que l'armée accuse d'être à l'origine du refus d'embarquer et qui sont "en fuite", a ajouté ce responsable.

Selon M. Bisimwa, ce "rapatriement est une violation des règles du droit international et des déclarations signées le 12 décembre 2013 à Nairobi" entre le gouvernement de RDC et le M23, mettant fin au conflit.

Le président du M23 a estimé le document de Nairobi prévoyait que la question du rapatriement des anciens rebelles réfugiés hors de RDC soit discutée entre l'ex-rébellion et les autorités de Kinshasa "ce qui n'a jamais été fait".

Le processus de rapatriement des ex-rebelles, que Kinshasa souhaite voir achevé avant le 31 décembre, piétine depuis plusieurs semaines, chaque camp s'accusant du blocage et la communauté internationale s'inquiétant de la lenteur des avancées.

AFP

Ses derniers articles: La conférence d'Abou Dhabi approuve un fonds pour le patrimoine  Le cinéma russe  Génocide au Rwanda: verdict attendu au procès en appel de Simbikangwa 

blessés

AFP

RDC: une fillette tuée et 31 Casques bleus blessés

RDC: une fillette tuée et 31 Casques bleus blessés

AFP

Yémen: le roi d'Arabie autorise l'évacuation des blessés du carnage de Sanaa

Yémen: le roi d'Arabie autorise l'évacuation des blessés du carnage de Sanaa

AFP

Mali: un Casque bleu tué et cinq blessés dans le Nord (ONU)

Mali: un Casque bleu tué et cinq blessés dans le Nord (ONU)

rapatriement

AFP

Rapatriement en Ethiopie de 223 migrants illégaux emprisonnés au Malawi

Rapatriement en Ethiopie de 223 migrants illégaux emprisonnés au Malawi

AFP

Crash en Egypte: début du rapatriement des Britanniques de Charm el-Cheikh

Crash en Egypte: début du rapatriement des Britanniques de Charm el-Cheikh

AFP

Crash dans le Sinaï: Londres prépare le rapatriement des touristes britanniques

Crash dans le Sinaï: Londres prépare le rapatriement des touristes britanniques