mis à jour le

Nigeria: face

Les islamistes de Boko Haram, Dauda Bello les a vus de très près. Mais il a réussi à leur échapper sain et sauf, au terme d'une longue course à travers la montagne.

"C'était horrible (...) (Boko Haram) tirait dans tous les sens" raconte-t-il à l'AFP depuis Yola, la capitale de l'Etat d'Adamawa, dans le nord-est du Nigeria, où il a trouvé refuge.

M. Bello fait partie des 1,5 million de Nigérians qui ont dû abandonner leur foyer à cause de l'insurrection islamiste, dont les violences et leur répression par l'armée ont fait plus de 13.000 morts au Nigeria en cinq ans. 

Selon l'agence nigériane de secours (NEMA), environ 400.000 déplacés se trouvent à Yola et dans ses alentours, au bord de la crise humanitaire.

Ils sont nombreux à avoir trouvé refuge dans les petits villages nichés dans les collines qui entourent la capitale, trop épuisés ou apeurés pour descendre jusqu'au centre-ville.

Quelque 15.000 déplacés sont hébergés dans des camps improvisés dans des écoles primaires, où ils dorment à même le sol en béton, ou parfois, pour les plus chanceux, dans les lits superposés des dortoirs.

Mais la plupart d'entre eux comptent surtout sur l'hospitalité de familles d'accueil.

Alors que les violences se poursuivent, les responsables locaux disent avoir du mal à garder à jour leurs listes de nouveaux arrivants et à distribuer de la nourriture en quantité suffisante.

"Le nombre (de déplacés) à Yola a pris des proportions énormes" se désole Sa'ad Bello, de la NEMA.

- Nez à nez avec les islamistes -

Le groupe islamiste, qui commet des attaques presque quotidiennes depuis plusieurs mois, s'est emparé d'une vingtaine de localités de cette région, proclamant un "califat" dans les zones sous son contrôle. 

L'armée a dit avoir repris le contrôle de Mubi, le grand carrefour commercial de l'Adamawa, à 200 km de Yola. Mais ceux qui avaient fui cette ville à l'arrivée des islamistes, en octobre, ne se disent pas prêts à y retourner.

La fuite effrénée de Dauda Bello a commencé le 29 octobre, alors qu'il se rendait à l'université de l'Etat d'Adamawa, à Mubi, où il enseigne l'anglais. 

Il a croisé des soldats sur les nerfs et de nombreux étudiants fuyant avec leurs bagages.

"On était certain que Boko Haram arrivait", raconte le professeur de 58 ans.

M. Bello a alors mis deux de ses enfants et trois autres personnes dans sa voiture pour tenter de fuir la ville. Mais il a dû s'arrêter chez un garagiste pour une réparation de dernière minute.

Au moment où il s'apprêtait à sauter dans un rickshaw pour se rendre à la banque, Dauda Bello est tombé nez-à-nez avec des islamistes armés qui tiraient en l'air et sur les immeubles.

Une fois en voiture, il dû emprunter des petites routes de montagne pour fuir jusqu'à Yola, où il est arrivé le jour suivant.

- La foule affamée -

Dans la foule compacte amassée sous le soleil devant le Conseil musulman de Yola, de nombreux déplacés ont une histoire de fuite à raconter, similaire à celle de M. Bello. Fuyant les islamistes, ils ont parfois dû marcher pendant des jours avant d'arriver dans la capitale provinciale.

Ali Kulike, un instituteur de 49 ans, a fui Gwoza, dans l'Etat voisin de Borno, au mois d'août. Quelques jours plus tard, Abubakar Shekau, le chef de Boko Haram, annonçait que cette ville faisait partie de son "califat" islamique.

Après avoir marché dans la brousse pendant plusieurs centaines de kilomètres, il trouve enfin un bus qui les emmène, lui et ses trois enfants, jusqu'à Yola.

Pressé contre les grilles du Conseil musulman, son quotidien est désormais suspendu à la portion de riz, de farine de maïs et d'huile, qu'il parviendra ou non à ramener à ses enfants, qui l'attendent dans une petite chambre chez une famille d'accueil.

"Si on réussit à avoir de la nourriture aujourd'hui, ça ira", dit-il, prêt à attendre jusqu'à la nuit s'il le faut.

D'autres centres de distribution similaires ont été mis en place dans des églises et des centres communautaires de la ville.

L'université américaine du Nigeria, basée à Yola, a participé au financement de l'aide humanitaire, aux côtés de la Croix rouge et du gouvernement nigérian.

Mais ce soir-là, les responsables du Conseil musulman disent craindre une émeute, à l'ouverture des grilles, la nourriture n'étant pas suffisante pour la foule affamée.

AFP

Ses derniers articles: Angola: le parti au pouvoir lance sa campagne électorale  Le nouveau président ghanéen Nana Akufo-Addo, un avocat libéral et persévérant  Gambie: l'UA condamne le revirement du président Jammeh 

deplaces

AFP

Affrontements en Centrafrique: au moins 16 morts et des milliers de déplacés

Affrontements en Centrafrique: au moins 16 morts et des milliers de déplacés

AFP

Centrafrique: 11 tués dans des violences dans un camp de déplacés

Centrafrique: 11 tués dans des violences dans un camp de déplacés

AFP

Nigeria: dans le nord-est, les déplacés de Boko Haram meurent de faim et prient Dieu

Nigeria: dans le nord-est, les déplacés de Boko Haram meurent de faim et prient Dieu

fuite

AFP

Ebola: la Sierra Leone en alerte après la brève fuite de deux malades

Ebola: la Sierra Leone en alerte après la brève fuite de deux malades

AFP

Nigeria:

Nigeria:

AFP

Tunisie: 23 suspects arrêtés après l'attentat du Bardo, au moins quatre en fuite

Tunisie: 23 suspects arrêtés après l'attentat du Bardo, au moins quatre en fuite