mis à jour le

Comores: cafouillage pré-électoral et anomalies avant les législatives

Le parti présidentiel aux Comores a reproché vendredi des "erreurs inacceptables" à la commission électorale, à deux semaines du début de la campagne pour les élections législatives, la presse faisant état d'un énorme cafouillage et d'anomalies.

Le scrutin se tiendra en même temps que les élections municipales et aux conseils des îles.

"Il y a eu des erreurs inacceptables", a déclaré à l'AFP Mohamed Halifa, président du parti présidentiel, l'Union pour le développement des Comores (UPDC).

Et selon le journal gouvernemental Al-Watwan, le président Ikililou Dhoinine a même dénoncé "l'incompétence" de la commission électorale devant des représentants des partis politiques venus lui faire part de leurs "graves préoccupations".

Des électeurs ont été supprimés ou changés de circonscription. Des candidats d'un parti se retrouvent sur la liste d'une autre formation. Et la totalité des sept listes des municipales dans la capitale Moroni ont été invalidées, sans que la commission électorale ne fournisse le motif de ces annulations comme le veut le code électoral.

La confusion est aggravée par le chevauchement des nombreuses structures qui interviennent dans l'organisation du scrutin: la commission électorale (Ceni), mais aussi les commissions électorales insulaires (CEII), la Direction nationale des élections (non prévue par le code électoral), le tout chapeauté par le ministère de l'Intérieur.

Un délai a été donné aux partis et à la Ceni jusqu'à samedi pour rectifier les erreurs, notamment en ce qui concerne les municipales dont près de 70% des candidatures ont été invalidées. Mais cet ultimatum est lui-même à son tour contesté par certains.

Interrogé sur un possible report des élections, le président du parti présidentiel a semblé écarter cette éventualité, suggérant de "se préparer à ce que les élections se tiennent aux dates prévues".

Initialement prévu en novembre et reporté à deux reprises, le triple scrutin a été finalement fixé au 25 janvier 2015 pour le premier tour, le 22 février pour le second tour.

AFP

Ses derniers articles: L'Église craint que la RDC sombre dans "une situation incontrôlable"  Bénin: RSF dénonce la suspension de quatre médias en 48 heures  La longévité politique des chefs d'État africains 

législatives

AFP

Maroc: les islamistes remportent les législatives

Maroc: les islamistes remportent les législatives

AFP

Les législatives au Maroc, des enjeux limités

Les législatives au Maroc, des enjeux limités

AFP

Législatives au Maroc: la campagne est lancée

Législatives au Maroc: la campagne est lancée