mis à jour le

Côte d'Ivoire: l'ancien Premier ministre Banny se lance dans la course

L'ex-Premier ministre ivoirien Charles Konan Banny, membre de la coalition au pouvoir, a annoncé mercredi sa candidature à l'investiture de son parti pour la présidentielle de 2015, contredisant l'appel du chef de sa formation à soutenir le président Alassane Ouattara.

Charles Konan Banny, Premier ministre (2006-2007) d'un gouvernement d'union nationale sous l'ancien président Laurent Gbagbo, s'est vu confier par Ouattara la lourde tâche de diriger la Commission dialogue vérité et réconciliation, dont les multiples dysfonctionnements lui ont valu de vives critiques.

M. Banny a informé par courrier l'ancien chef de l'Etat Henri Konan Bédié, président du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI) et grand allié de M. Ouattara, de son souhait d'"être investi comme candidat du PDCI à l'élection présidentielle de 2015".

"Je veux que les Ivoiriens m'apportent leur suffrage pour que le PDCI participe aux élections présidentielles, parce que le PDCI est le plus grand parti de Côte d'Ivoire et (qu'il) doit participer à l'élection présidentielle. C'est une évidence", a expliqué M. Banny à l'AFP.  

Henri Konan Bédié, président ivoirien de 1993 jusqu'au putsch de 1999, est un partenaire-clé de M. Ouattara, dont il avait permis l'élection en 2010 face au sortant Laurent Gbagbo à la faveur d'une alliance de second tour.

En septembre, M. Bédié avait appelé à soutenir la candidature de son allié à la présidentielle d'octobre 2015.

"Tu seras le candidat unique" de la majorité "pour l'élection présidentielle", "sans préjudice pour les irréductibles qui voudront se présenter en leurs noms propres", avait assuré Bédié à Ouattara.

L'"appel de Daoukro", prononcé à l'occasion de la venue du chef de l'Etat dans le fief de Bédié, avait provoqué de vives tensions au sein du PDCI, des cadres dénonçant un "acte de haute trahison".

Bertin Kouadio Konan, un député du PDCI, s'est déclaré vendredi candidat à la présidentielle. Avant lui, un comité de cadres de ce parti avait annoncé soutenir la candidature en interne d'Amara Essy, un ancien ministre des Affaires étrangères.

La Côte d'Ivoire sort d'une décennie de crise politico-militaire, qui a culminé avec les violences postélectorales de 2010-2011. Plus de 3.000 personnes étaient mortes en cinq mois.

La réussite du scrutin d'octobre 2015 est jugée primordiale pour la stabilité du pays.

AFP

Ses derniers articles: CAN: le Ghana sur la route des quarts, l'Egypte au rebond  Migrations: l'UE envisage une "ligne de protection" dans les eaux libyennes  Des chefs d'Etat africains contraints de céder le pouvoir 

course

Politique

Afrique du Sud: la course cruciale pour la tête de l'ANC

Afrique du Sud: la course cruciale pour la tête de l'ANC

AFP

Des centaines de femmes dans les rues d'Alger pour une course inédite

Des centaines de femmes dans les rues d'Alger pour une course inédite

AFP

Des centaines de femmes dans les rues d'Alger pour une course inédite

Des centaines de femmes dans les rues d'Alger pour une course inédite

ministre

AFP

Côte d'Ivoire: les militaires mutins dispersent des manifestants avant l'arrivée du ministre

Côte d'Ivoire: les militaires mutins dispersent des manifestants avant l'arrivée du ministre

AFP

Côte d'Ivoire: des tirs résonnent à nouveau à Bouaké

Côte d'Ivoire: des tirs résonnent à nouveau à Bouaké

AFP

Gabon: nouveau ministre du Pétrole sur fond de chutes des recettes

Gabon: nouveau ministre du Pétrole sur fond de chutes des recettes