mis à jour le

Kenya: enquête sur un reportage d'Al-Jazeera sur des "escadrons de la mort"

Le gouvernement kényan a ordonné mardi une enquête, en vue d'éventuelles poursuites, après un reportage de la chaîne de télévision qatarie Al-Jazeera accusant la police de recourir à des "escadrons de la mort" pour éliminer des islamistes radicaux.

Le gouvernement a déclaré que le documentaire d'Al-Jazeera, diffusé lundi, était "scandaleux et contraire à l'éthique". Il a démenti "recourir à des escadrons de la mort".

"Etant donné que le documentaire peut nuire à la sécurité du pays et à notre combat contre le terrorisme, le gouvernement a demandé aux autorités compétentes d'ouvrir une enquête dans le but de poursuivre les personnes impliquées dans ce documentaire", a-t-il ajouté.

Le reportage d'Al-Jazeera, selon les autorités kényanes, cherche à "créer un mouvement de panique et à attiser les tensions religieuses".

Cette annonce intervient à la veille d'un débat au Parlement kényan sur un nouveau durcissement de la législation en matière de sécurité. 

Parmi les pistes explorées figurent des peines allant jusqu'à trois ans de prison pour les journalistes dont les reportages "compromettent des enquêtes ou des opérations liées à la lutte contre le terrorisme", selon un document que l'AFP s'est procuré.

L'enquête d'Al-Jazeera citait des hommes qui se présentaient comme des agents de l'anti-terrorisme kényan et affirmaient être impliqués dans un programme d'assassinats autorisé par de hauts responsables de la police et du gouvernement.

Plusieurs prédicateurs islamistes ont été tués dans la ville portuaire de Mombasa ces dernières années. Les partisans de ces leaders religieux et des organisations de défense des droits de l'Homme ont dénoncé des exécutions extrajudiciaires.

Le gouvernement kényan nie ces accusations et, selon la police, les enquêtes sur ces assassinats sont toujours en cours.

La semaine dernière, le ministre de l'Intérieur et le chef de la police ont été limogés après un nouveau massacre perpétré par des islamistes somaliens shebab, affiliés à Al-Qaïda, dans le nord-est du Kenya.

Le Kenya est la cible de nombreux attentats depuis l'intervention de ses forces armées contre les shebab dans le sud de la Somalie voisine, débutée en 2011 et toujours en cours au sein d'une force de l'Union africaine. 

Le gouvernement est sous le feu des critiques depuis l'assaut des shebab contre le centre commercial Westgate de Nairobi, qui avait fait au moins 67 morts en septembre 2013.

AFP

Ses derniers articles: Mondial-2018: Amine Harit appelé pour la 1re fois par le Maroc  Ouganda: pugilat au Parlement au sujet de la limite d'âge du président  Centrafrique: au moins 2 morts 

enquête

AFP

Enquête sur Lafarge en Syrie: trois ex-salariés syriens entendus

Enquête sur Lafarge en Syrie: trois ex-salariés syriens entendus

AFP

Burkina: au moins un Français tué, enquête antiterroriste pour assassinat ouverte

Burkina: au moins un Français tué, enquête antiterroriste pour assassinat ouverte

AFP

Afrique: British American Tobacco sous le coup d'une enquête pour corruption

Afrique: British American Tobacco sous le coup d'une enquête pour corruption

reportage

Ebola

Ce ne sont pas les journalistes qui couvrent le mieux Ebola

Ce ne sont pas les journalistes qui couvrent le mieux Ebola

Lemag

Un journaliste indonésien remporte le prix Kate Webb de l'AFP, pour un reportage en Syrie

Un journaliste indonésien remporte le prix Kate Webb de l'AFP, pour un reportage en Syrie

Lemag

Un journaliste indonésien remporte le prix Kate Webb de l'AFP, pour un reportage en Syrie

Un journaliste indonésien remporte le prix Kate Webb de l'AFP, pour un reportage en Syrie