mis à jour le

Mort d'un otage sud-africain au Yémen: Pretoria ne veut pas critiquer Washington

L'Afrique du Sud ne veut pas critiquer les Etats-Unis après la mort de l'otage sud-africain Pierre Korkie, tué samedi lors d'une intervention ratée de l'armée américaine au Yémen, a indiqué mardi la ministre des Affaires étrangères Maite Nkoana-Mashabane.

"Nous avons tous besoin de nous rassembler pour combattre le terrorisme, et ce qui vient avec lui, les prises d'otages. Je pense que les intentions étaient bonnes, mais le résultat n'a pas été ce que l'on désirait", a sobrement déclaré la ministre lors d'une conférence de presse à Pretoria.

Pierre Korkie, qui était détenu depuis mai 2013 par des militants d'Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa) au Yémen, a selon Washington été tué par ses ravisseurs lors d'une opération menée par les forces spéciales américaines pour libérer un photographe américain. Luke Somers, cet autre otage également décédé dans l'attaque, risquait d'être exécuté par ses ravisseurs.

La mort de M. Korkie a d'autant plus choqué en Afrique du Sud que l'association caritative musulmane Gift of the Givers, qui négociait depuis un an sa libération, a affirmé qu'il aurait dû recouvrer la liberté dès dimanche.

L'Alliance démocratique (DA), le principal parti d'opposition en Afrique du Sud, a demandé au gouvernement d'"interpeller les représentants américains pour examiner le fond des circonstances qui ont conduit à la mort de M. Korkie".

Washington ne savait pas que l'enseignant sud-africain, âgé de 56 ans, était détenu au même endroit que Luke Somers, selon l'ambassadeur américain à Pretoria, Patrick Gaspard. 

"L'intention était là pour que ces otages puissent être libérés, sains et saufs, cela n'a pas marché comme prévu", a regretté mardi Maite Nkoana-Mashabane.

"La tactique de l'Afrique du Sud n'est pas forcément la même que celle de nos interlocuteurs, mais ce qui est important, c'est que nous sommes tous engagés dans la lutte contre ce terrorisme, partout où il dresse sa tête hideuse", a souligné la chef de la diplomatie sud-africaine.

Mme Nkoana-Mashabane a relevé qu'il y avait jusqu'à cinq autres otages sud-africains détenus à travers le monde, sans donner davantage de précisions.

"Tout ce que je peux vous dire, ce est que nous n'en avons pas plus de cinq (otages). Il est important de garder une trace de ces personnes parce que certaines d'entre elles ont la double nationalité", a-t-elle noté, disant "continuer à travailler avec les familles".

AFP

Ses derniers articles: Inondations en Sierra Leone: 499 morts, selon la morgue centrale  Afrique du Sud: la justice autorise des enchères de cornes de rhinocéros  Dans les ténèbres de Freetown, un dimanche d'après inondations 

mort

AFP

RDC: un mort et des blessés lors d'une évasion de la prison de Bukavu

RDC: un mort et des blessés lors d'une évasion de la prison de Bukavu

AFP

Zimbabwe: un éléphant piétine

Zimbabwe: un éléphant piétine

AFP

Cameroun: Amnesty accuse les forces de sécurité de torture entraînant la mort

Cameroun: Amnesty accuse les forces de sécurité de torture entraînant la mort

otage

AFP

L'ancien otage sud-africain affirme avoir été "très bien traité"

L'ancien otage sud-africain affirme avoir été "très bien traité"

AFP

Kenya: 5 morts dans une opération contre les shebab pour libérer une otage

Kenya: 5 morts dans une opération contre les shebab pour libérer une otage

AFP

Gabon: la rentrée scolaire prise en otage par les tensions post-électorales

Gabon: la rentrée scolaire prise en otage par les tensions post-électorales

Pretoria

AFP

Sommet régional

Sommet régional

AFP

Refus d'arrêter el-Béchir: Pretoria a manqué

Refus d'arrêter el-Béchir: Pretoria a manqué

AFP

Afrique du Sud: nouvelle manifestation contre Zuma

Afrique du Sud: nouvelle manifestation contre Zuma