mis à jour le

RDC : le président Kabila nomme un gouvernement de "cohésion nationale"

Le président de la République démocratique du Congo, Joseph Kabila, a nommé un gouvernement de "cohésion nationale" autour de son Premier ministre Augustin Matata Ponyo qui a été reconduit, selon une ordonnance lue lundi matin à la télévision publique congolaise.

Ce gouvernement, qui fait une petite ouverture en direction de certains partis d'opposition,reste dominé par la majorité présidentielle dont plusieurs poids lourds font leur retour. Il compte 48 membres avec le chef du gouvernement : trois vice-Premiers ministres, deux ministres d'État, 32 ministres et dix vice-ministres. 

Il répond à une promesse faite par M. Kabila en octobre 2013 à l'issue des "concertations nationales", forum politique qui avait réuni des représentants de la majorité présidentielle, de l'opposition et de la société civile.

La nomination du gouvernement met fin à un long suspense qui, selon les milieux d'affaires, a cruellement entravé l'action du gouvernement, le cabinet sortant s'étant retrouvé en position d'expédier les affaires courantes pendant plus d'un an.

L'ouverture politique se fait essentiellement en direction du Mouvement de libération du Congo (MLC), le deuxième parti de l'opposition au Parlement, dont le chef Jean-Pierre Bemba est jugé à la Cour pénale internationale à La Haye, et qui avait accepté de jouer le jeu des concertations nationales, ainsi que de la formation du président du Sénat, Léon Kengo wa Dondo, qui compte quatre députés à l'Assemblée nationale.

Thomas Luhaka, secrétaire général du MLC fait ainsi son entrée au gouvernement comme vice-Premier ministre , chargé des Postes, Télécommunications et Nouvelles Technologies de l'information. Le MLC obtient aussi un autre ministère : l'Aménagement du territoire.

M. Kengo a réussi a obtenir le ministère du Budget pour Michel Bongongo (ministre d'État), de son Union des forces du changement (UFC) et un poste de vice-ministre à la coopération internationale pour son gendre.

Le nouveau gouvernement fait entrer quelques personnalités de la société civile mais marque aussi le retour de poids lourds de la majorité présidentielle, au premier rang desquels Evariste Boshab, ancien président de l'Assemblée nationale, et secrétaire général du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), la formation du chef de l'État, numéro deux du gouvernement avec un poste de vice-Premier ministre et ministre de l'Intérieur.

Alexis Thambwe Mwamba, ancien ministre des Affaires étrangères évincé en 2012 lors de la formation du premier gouvernement Matata revient au cabinet à la Justice, tout comme Olivier Kamitatu, qui retrouve le ministère du Plan.

Henri Yav Mulang, directeur de cabinet adjoint de M. Kabila arrive à la tête du ministère des Finances.

La majorité des nouveaux entrants au gouvernement comme vice-Premiers ministres ou ministres sont membres du PPRD ou de la Majorité présidentielle.

Le nouveau gouvernement réussit néanmoins à débaucher un député de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), le premier parti de l'opposition en proie aux déchirements interne : Daniel Madimba Kalonji, qui obtient un petit ministère (Recherche scientifique). 

AFP

Ses derniers articles: Burkina: les procès "point de départ d'une vraie réconciliation"  Nigeria: de "nombreux morts" dans l'effondrement d'une église  Angola: le parti au pouvoir lance sa campagne électorale 

gouvernement

AFP

Guinée-Bissau: le président démet le gouvernement

Guinée-Bissau: le président démet le gouvernement

AFP

Maroc: toujours pas de nouveau gouvernement un mois après le scrutin

Maroc: toujours pas de nouveau gouvernement un mois après le scrutin

AFP

L'Ethiopie remanie son gouvernement après des manifestations

L'Ethiopie remanie son gouvernement après des manifestations

Kabila

AFP

RDC: l'ONU s'attend à des violences au Congo

RDC: l'ONU s'attend à des violences au Congo

AFP

RDC: l'appel

RDC: l'appel

AFP

RDC: Kabila s'en tient

RDC: Kabila s'en tient

président

AFP

Gambie: l'UA condamne le revirement du président Jammeh

Gambie: l'UA condamne le revirement du président Jammeh

AFP

Le nouveau président ghanéen Nana Akufo-Addo, un avocat libéral et persévérant

Le nouveau président ghanéen Nana Akufo-Addo, un avocat libéral et persévérant

AFP

Gambie: le président sortant Jammeh rejette les résultats une semaine après

Gambie: le président sortant Jammeh rejette les résultats une semaine après