mis à jour le

Egypte: peine de mort confirmée pour 7 islamistes accusés d'avoir tué 25 policiers

Un tribunal égyptien a confirmé samedi les condamnations à mort de sept islamistes reconnus coupables d'implication dans la mort de 25 policiers tués dans le Sinaï (nord-est) en 2013 et de collaboration avec Al-Qaïda.

Le 19 août 2013, des assaillants avaient attaqué à la roquette deux minibus de la police, tuant 25 policiers qui se rendaient à Rafah, ville du Nord-Sinaï où de nombreux groupes islamistes armés sont actifs. 

Cette attaque s'était produite quelques semaines seulement après l'éviction du président islamiste Mohamed Morsi par le chef de l'armée de l'époque Abdel Fattah al-Sissi, devenu depuis président de l'Egypte. 

La Cour criminelle du Caire avait déjà prononcé les condamnations à mort des sept accusés mi-octobre. Ces peines capitales ont ensuite été soumises à l'avis --purement consultatif-- du mufti, représentant de l'islam auprès des autorités.

Trois autres accusés dans la même affaire ont été condamnés à la détention à vie, et 22 autres à 15 ans d'emprisonnement. La prison à vie est de 25 ans en Egypte.

Trois autres accusés ont été acquittés, a indiqué la Cour dans son verdict, retransmis en direct à la télévision samedi. 

Les attentats à la bombe et les attaques visant policiers et soldats se sont multipliés dans tout le pays, mais notamment dans le Sinaï, depuis la destitution de Mohamed Morsi.

L'armée a lancé une vaste offensive ces derniers mois dans le nord de la péninsule pour y déloger notamment le groupe jihadiste Ansar Beït al-Maqdess ayant revendiqué de nombreuses attaques et fait récemment allégeance à l'organisation Etat islamique.

Le groupe a revendiqué fin octobre un attentat suicide ayant provoqué la mort de 30 soldats dans le Sinaï, l'attaque la plus meurtrière ayant visé l'armée depuis la destitution de M. Morsi.

Ansar Beït al-Maqdess affirme agir en représailles à la sanglante répression qui s'est abattue sur les partisans de M. Morsi depuis son éviction.

Plus de 1.400 manifestants pro-Morsi ont été tués par policiers et militaires et plus de 15.000 de ses partisans ont été arrêtés et des centaines condamnés à mort dans des procès de masse expédiés en quelques minutes et qualifiés par l'ONU de "sans précédent dans l'histoire récente".

AFP

Ses derniers articles: Zimbabwe: l'armée empêche les manifestants d'arriver au palais présidentiel  Décès d'Azzedine Alaïa, couturier surdoué et hors normes  A Harare, soldats et manifestants main dans la main pour faire tomber Mugabe 

islamistes

AFP

Egypte: au moins 35 policiers et soldats tués dans des combats avec des islamistes

Egypte: au moins 35 policiers et soldats tués dans des combats avec des islamistes

AFP

Egypte: 10 islamistes présumés tués dans un raid policier

Egypte: 10 islamistes présumés tués dans un raid policier

AFP

Algérie: les islamistes dénoncent une fraude massive aux législatives

Algérie: les islamistes dénoncent une fraude massive aux législatives

mort

AFP

Maroc: un mort et deux blessés dans une fusillade

Maroc: un mort et deux blessés dans une fusillade

AFP

Mugabe pour le rétablissement, dans les faits, de la peine de mort

Mugabe pour le rétablissement, dans les faits, de la peine de mort

AFP

Maroc: un an après la mort d'un vendeur de poisson, l'onde de choc continue

Maroc: un an après la mort d'un vendeur de poisson, l'onde de choc continue

peine

AFP

Afrique du Sud: le parquet va demander une peine plus sévère pour Pistorius

Afrique du Sud: le parquet va demander une peine plus sévère pour Pistorius

AFP

Afrique du Sud: peine exemplaire pour deux Blancs qui ont mis un Noir dans un cercueil

Afrique du Sud: peine exemplaire pour deux Blancs qui ont mis un Noir dans un cercueil

AFP

Toujours face aux violences, la Centrafrique peine

Toujours face aux violences, la Centrafrique peine