mis à jour le

L'Ouganda craint des attentats pour Noël

L'Ouganda a annoncé vendredi avoir renforcé les mesures de sécurité pour la période de Noël, craignant des attentats des insurgés islamistes shebab somaliens après leur dernière tuerie au Kenya voisin.

Dans la nuit de lundi à mardi, les shebab somaliens affiliés à Al-Qaïda ont massacré 36 mineurs dans le nord-est du Kenya, dernière tuerie en date d'une longue série dans ce pays.

Le Kenya et l'Ouganda contribuent tous deux à la force militaire de l'Union africaine déployée en Somalie (Amisom) contre les islamistes. L'Ouganda est le principal contributeur, fournissant plus de 6.000 des quelque 22.000 soldats de l'Amisom.

"J'ai ordonné à tous les commandants d'unité de renforcer la sécurité et quiconque ne suivra pas les instructions devra en répondre", a déclaré le chef de la police ougandaise, le général Kale Kayihura, au quotidien New Vision.

"Nous savons que ces forces diaboliques rôdent dans les ténèbres. Le danger est réel", a-t-il ajouté.

Concrètement, a précisé à l'AFP le porte-parole de la police Fred Enanga, les forces de l'ordre ont mis en place "un plan opérationnel enjoignant aux unités de police territoriale de renforcer leur visibilité dans toutes les zones".

"Les menaces seront toujours là, et si le Kenya peut être touché, alors l'Ouganda aussi", a-t-il dit.

En septembre, les forces de sécurité ougandaises avaient démantelé une cellule shebab accusée de planifier "un attentat imminent".

10 hommes et femmes avaient été arrêtés et écroués lors d'une vaste opération des forces de sécurité à Kampala, lancée après des informations - collectées par les services de renseignement ougandais et certains de leurs homologues occidentaux - portant sur l'arrivée de ceintures d'explosifs destinées à des attentats-suicides.

Lors de la finale de la Coupe du monde de football en 2010, 76 personnes avaient été tuées dans des attentats à la bombe dans deux restaurants de la capitale ougandaise.

Le général Katumba Wamala, le chef des forces armées, a prévenu que les Ougandais ne devaient pas "se relâcher et penser que nous sommes sommes hors de portée des shebab".

"C'est quand tout semble aller bien que le pire arrive", a-t-il prévenu. "Avec les événements au Kenya et au Nigeria (ensanglanté par les attaques de plus en plus meurtrières du groupe islamiste armé Boko Haram), vous pouvez voir que la menace est concrète".

AFP

Ses derniers articles: Sierra Leone: l'école engloutie des faubourgs de Freetown  Angola: pour l'opposant Rafael Marques, les jours du régime sont comptés  Angola: le ras-le-bol des oubliés du système dos Santos 

attentats

AFP

Les principaux attentats jihadistes visant des étrangers en Afrique

Les principaux attentats jihadistes visant des étrangers en Afrique

AFP

Afrique: les précédents attentats contre des étrangers

Afrique: les précédents attentats contre des étrangers

AFP

Huit policiers kényans tués dans deux attentats

Huit policiers kényans tués dans deux attentats

l'Ouganda

AFP

L'Ouganda abrite désormais un million de réfugiés sud-soudanais

L'Ouganda abrite désormais un million de réfugiés sud-soudanais

AFP

A la frontière entre l'Ouganda et la RDC, la peur au quotidien

A la frontière entre l'Ouganda et la RDC, la peur au quotidien

AFP

CAN: le Ghana réussit l'essentiel face

CAN: le Ghana réussit l'essentiel face

Noël

AFP

Noël sanglant en RDC: au moins 35 civils tués dans plusieurs attaques au Nord-Kivu

Noël sanglant en RDC: au moins 35 civils tués dans plusieurs attaques au Nord-Kivu

AFP

Noël sanglant en RDC: 22 civils massacrés au Nord-Kivu

Noël sanglant en RDC: 22 civils massacrés au Nord-Kivu

AFP

Nigeria: Boko Haram a tué au moins 14 personnes le jour de Noël

Nigeria: Boko Haram a tué au moins 14 personnes le jour de Noël