SlateAfrique

mis à jour le

Tunisie - Du poulet grillé dans la campagne électorale

La politique est un sport de combat où tous les coups sont permis. A une semaine des élections du 23 octobre pour l'Assemblée constituante tunisienne, le désespoir semble avoir gagné plusieurs listes et candidats. Sans doute dubitatifs face à certaines promesses fantaisistes, les Tunisiens ne sont pas toujours convaincus par les candidats qui prétendent à un siège de parlementaires. En quête de popularité auprès des électeurs, les politiciens tunisiens ont eu recours à des démarches publicitaires les plus burlesques qu’ils soient, commente Tuniscope, le portail d’informations tunisien. L'exemple le plus révélateur est le lancement d'une irrésistible campagne à base de poulet grillé.

Lors des réunions et conférences tenues du côté du gouvernorat de Siliana, dans le centre de la Tunisie, les membres de plusieurs listes électorales ont fourni aux habitants de cette région de la nourriture pour les appâter. Un quart de poulet grillé et une carte de recharge téléphonique de cinq dinars (soit 2,5 euros) ont été gracieusement offerts aux personnes présentes sur les lieux. Une manière pour ces politiciens de convaincre les habitants de la localité à assister aux meetings organisés, rapporte le site.

Le résultat est surprenant. Les habitants de la région ont fait le tour de tous les meetings et ont accompagné les différentes listes. Comme quoi «ventre affamé n’a point d’oreilles»!  

Les Tunisiens votent le 23 octobre prochain. Et en quelques semaines, une véritable administration a été mise en place afin d'assurer la transparence et la sécurité du processus. La Tunisie s’apprête à vivre sa première élection «Constituante», une étape cruciale pour l’avenir du pays. Après vingt-trois années d’oppression sous le régime du dictateur Zine El-Abidine Ben Ali, les électeurs pourront choisir leurs propres représentants qui auront la lourde tâche de rédiger la première Constitution indépendante de la Tunisie.

Après la chute de Ben Ali le 14 janvier 2011, un gouvernement a été mis sur pied pour assurer la transition. Marqué par l'instabilité, le gouvernement tombe finalement aux mains de technocrates, qui aujourd’hui, n’ont pas le droit de se présenter à ces élections.

Lu sur Tuniscope