SlateAfrique

mis à jour le

Mali - Les mains propres, ce n'est pas dangereux

Au Mali les maladies diarrhéiques constituent la troisième cause de consultation dans les structures de santé, après le paludisme et les infections respiratoires. Une situation qui inquiète les agents de santé surtout chez les enfants âgés de 0 à 5 ans. Ces maladies restent une cause majeure de mortalité et de morbidité pour cette tranche fragile de la population et qui est la plus exposée (27% selon les estimations). Le taux de prévalence de ces maladies chez les enfants est faible, assure une enquête démographique et de santé publiée dans Afriquinfos.

L’étude révèle que se laver les mains au savon réduirait les risques de ces maladies de 47%. Mais sur le terrain, ce geste hygiénique se heurte à de nombreuses croyances culturelles.

Boubacar Abida Maïga, chef de division hygiène publique et salubrité à la direction nationale de la santé au Mali, souligne qu’une étude a été menée dans ce sens. Elle a relevé que la pratique est très peu courante dans la zone. Le lavage des mains au savon est confronté à un certain nombre de problèmes d’ordre socioculturel, même si des progrès sont en train d’être observés.

D'abord, «pour manger, on se lave les mains du plus âgé au plus petit. Ce qui crée un sentiment d'appartenance».

Ensuite, selon la vision des ancêtres: 

«on devient pauvre lorsqu'on se lave les mains au savon».

La troisième raison avancée par les Maliens pour ne pas se laver les mains au savon est liée à une croyance ésothérique. La croyance populaire veut qu'«après avoir quitté chez un marabout» on garde ses mains telles quelles, pour ne pas perdre «la protection de ce celui-ci en se lavant au savon».

Toutefois, les mentalités commencent à changer au Mali. De l’avis de Fatoumata Sokona Maïga, conseiller chargée de l'environnement et la santé à OMS/Mali:

«il n'est rare de voir des Maliennes demander si la jeune mariée a dans son trousseau une ou deux bouilloires conçues spécialement pour le lavage des mains au savon».

Le 15 octobre sera célébré la journée mondiale du lavage des mains au savon. Une célébration qui a été instaurée dans le but de faire des plaidoyers auprès des autorités scolaires et des leaders communautaires sur l’importance du lavage des mains au savon.

Un petit geste à faire «avant de manger, au sortir des toilettes ou après le toilettage anal des enfants» et qui peut sauver une vie.

Lu sur Afriquinfos.com