mis à jour le

Francophonie: vers une charte économique pour renforcer les échanges

Près de 1.400 opérateurs économiques et décideurs de pays membres de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) ont discuté d'une charte économique de l'organisation pour renforcer leurs échanges, lors d'un forum qui a pris fin mardi à Dakar, a constaté un journaliste de l'AFP.

Le forum économique de la Francophonie, premier du genre, s'était ouvert lundi, au lendemain du XVe sommet de l'OIF qui a désigné comme nouvelle secrétaire générale la Canadienne Michaëlle Jean, succédant au Sénégalais Abdou Diouf. Ce dernier doit quitter ses fonctions à la fin de l'année.

Au cours du forum, "80 propositions ont été faites pour (constituer) une charte économique (de la Francophonie) qui sera soumise à la nouvelle secrétaire générale de l'OIF et aux chefs d'Etat" des pays membres, a déclaré Richard Attias, organisateur du sommet de Dakar et du forum économique.

Cette charte permettra de dynamiser les échanges dans l'espace francophone et à renforcer la position économique de l'OIF dans le monde. Aucun calendrier n'a été fourni.

"Il ne faut pas que les propositions faites dorment dans les tiroirs", a prévenu le président de la Chambre de commerce de Dakar, Lamine Niang, appelant à traduire ces suggestions en actes.

Plusieurs thèmes liés notamment à un visa francophone pour les affaires et les études, un Institut économique de la Francophonie, la facilitation des investissements ou l'emploi des jeunes ont été discutés au cours de ce forum de Dakar qui, selon les organisateurs, a rassemblé au total de 1.379 participants, dont de nombreux opérateurs économiques et des décideurs.

La rencontre a été conçue pour favoriser "l'émergence d'un espace économique francophone dynamique dans une économie globalisée", a déclaré le Premier ministre sénégalais, Mahammed Boun Abdallah Dionne, à la clôture de la réunion.

Pour M. Dionne, "au-delà de la langue, l'espace francophone (...) est un véritable" levier "qui peut peser sur les orientations économiques internationales" à travers sa population.

A l'ouverture du forum lundi, le président sénégalais Macky Sall avait souligné que la Francophonie était "une force économique" dans le monde, représentant 16% du produit intérieur brut (PIB) mondial, 14% des réserves mondiales de ressources naturelles et 20% du commerce mondial.

Après une dimension essentiellement culturelle, puis une politique, l'OIF a cherché ces dernières années à devenir un levier économique.

Elle s'est dotée pour cela d'une stratégie économique, adoptée à l'issue du sommet des chefs d'Etat, visant notamment à "renforcer l'action économique dans l'espace francophone".

AFP

Ses derniers articles: Nigeria: sept soldats tués dans une embuscade de Boko Haram  Togo: Serge Gakpé met fin  Maroc: pluies diluviennes 

échanges

AFP

Frontière entre Rwanda et Burundi: les échanges au point mort

Frontière entre Rwanda et Burundi: les échanges au point mort

AFP

Burundi: intenses échanges de tirs dimanche soir

Burundi: intenses échanges de tirs dimanche soir

AFP

Centrafrique: cinq morts, dont un Casque bleu, dans des échanges de tirs

Centrafrique: cinq morts, dont un Casque bleu, dans des échanges de tirs

économique

AFP

Cameroun: Lagarde et Sapin

Cameroun: Lagarde et Sapin

AFP

RDC: l'empire économique de la famille Kabila lui rapporte une fortune

RDC: l'empire économique de la famille Kabila lui rapporte une fortune

AFP

Nigeria: le pays s'enfonce dans la crise économique

Nigeria: le pays s'enfonce dans la crise économique