mis à jour le

Egypte: Moubarak blanchi, le président Sissi assure que le pays ne revient pas en arrière

Le président Abdel Fattah al-Sissi a assuré que l'Egypte n'allait pas "revenir en arrière" après l'abandon controversé de l'accusation de complicité de meurtre qui pesait contre l'ex-chef de l'Etat Hosni Moubarak.

"La nouvelle Egypte, qui est le résultat des deux révolutions du 25 janvier (2011) et du 30 juin (2013), se dirige vers l'établissement d'un Etat démocratique et moderne, fondé sur la justice, la liberté, l'égalité et la lutte contre la corruption," a affirmé M. Sissi, selon un communiqué de la présidence publié dimanche soir.

Cette nouvelle Egypte, a assuré le président, "regarde vers l'avenir et ne peut jamais revenir en arrière."

M. Sissi s'exprimait au lendemain de la décision de justice sur l'ancien raïs de 86 ans, qui était jugé pour son rôle dans la répression des manifestations monstres de janvier-février 2011 ayant mis fin à ses trente années au pouvoir, et au cours desquelles plus de 846 personnes ont été tuées. Le tribunal a abandonné samedi l'accusation de complicité de meurtre contre M. Moubarak, qui a par ailleurs été acquitté d'accusations de corruption.

M. Sissi a souligné le fait qu'il ne pouvait pas commenter cette décision, les autorités égyptiennes insistant régulièrement sur "l'indépendance de la justice."

Le président a également ordonné au gouvernement de revoir les compensations allouées aux "familles des martyrs et des blessés de la révolution" de 2011. Il a demandé à un comité législatif d'étudier des réformes du code pénal proposées par le tribunal de M. Moubarak, qui a notamment dit avoir abandonné les charges contre l'ex-président en raison d'obscurs points de procédures.

Après l'annonce de la décision, un millier de manifestants s'étaient rassemblés près de la place Tahrir au Caire, épicentre de la révolte de 2011, pour la dénoncer.

Militants et défenseurs des droits de l'Homme accusent régulièrement M. Sissi, architecte de la destitution de l'islamiste Mohamed Morsi en juillet 2013, d'avoir instauré un régime encore plus autoritaire que celui de M. Moubarak.

Depuis l'éviction de M. Morsi, au moins 1.400 de ses partisans ont été tués, pour la plupart des manifestants. Plus de 15.000 personnes ont également été emprisonnées, tandis que des centaines de pro-Morsi ont été condamnés à mort dans des procès de masse expédiés en quelques minutes.

Le pouvoir s'en est également pris à l'opposition laïque et de gauche, emprisonnant des dizaines de jeunes militants pour avoir enfreint une loi controversée limitant le droit de manifester.

 

AFP

Ses derniers articles: RD Congo: nouveaux affrontements entre forces de sécurité et une milice  Kinshasa: un journaliste relâché après six heures de détention  L'ancien avion A340 de Ben Ali vendu 

Moubarak

AFP

Un fidèle de Moubarak

Un fidèle de Moubarak

AFP

La Suisse continue d'enquêter sur la fortune du clan l'ex-président égyptien Moubarak

La Suisse continue d'enquêter sur la fortune du clan l'ex-président égyptien Moubarak

AFP

Egypte: peines de prison confirmées pour le clan Moubarak dans une affaire de corruption

Egypte: peines de prison confirmées pour le clan Moubarak dans une affaire de corruption

pays

AFP

RDC: une ex-élue du Congrès américain pour soigner l'image du pays

RDC: une ex-élue du Congrès américain pour soigner l'image du pays

AFP

CPI: le président ivoirien opposé au départ de nouveaux pays africains

CPI: le président ivoirien opposé au départ de nouveaux pays africains

AFP

Nigeria: le pays s'enfonce dans la crise économique

Nigeria: le pays s'enfonce dans la crise économique

président

AFP

Angola: le président dos Santos ne se présentera pas

Angola: le président dos Santos ne se présentera pas

AFP

Angola: Dos Santos, président énigmatique et tout-puissant

Angola: Dos Santos, président énigmatique et tout-puissant

AFP

Gambie: Yahya Jammeh, imprévisible président

Gambie: Yahya Jammeh, imprévisible président