mis à jour le

Zambie: contre le sida, des conseils aux jeunes par texto

Anonymes, directes, parfois brutales, les questions que les adolescents de Zambie se posent à propos du sida tiennent toujours en moins de 160 caractères: le volume d'un texto sur un téléphone portable.

Ces messages, U-Report, une organisation zambienne d'information sur le sida, en reçoit des milliers tous les jours.

"J'ai une copine qui a le VIH et maintenant, elle parle de mariage. Qu'est-ce que je peux faire avec elle?", demande l'un. Un autre interroge: "Peut-on attraper le virus quand on embrasse profondément quelqu'un?"

Si le nombre de décès liés au sida diminue considérablement dans le monde, il continue à progresser chez les adolescents, selon un rapport du Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef) publié la semaine dernière. 

Des organismes comme U-Report offrent une nouvelle manière de communiquer avec les jeunes, trop angoissés ou trop embarrassés pour affronter une discussion en tête-à-tête avec un conseiller. 

Installés dans un immeuble anonyme de bureaux à Lusaka, les conseillers assis derrière leur ordinateur répondent aux questions par SMS, qu'elles portent sur le mode de contagion du virus ou les avantages et inconvénients de la circoncision masculine. 

Le service, lancé en 2012, revendique désormais plus de 70.000 abonnés et a inspiré d'autres pays, comme l'Afrique du Sud ou la Tanzanie. 

"Nous recevons des messages de toute la Zambie", se félicite la directrice, Christina Mutale. "Ca s'est répandu comme une traînée de poudre".

Un tiers de ceux qui écrivent sont des adolescents.

 

- Un million de séropositifs -

 

Dans le jardin de la clinique de Lusaka où elle est soignée, Chilufya Mwanangumbi explique avoir recouru à U-Report car les conseils sont difficiles à trouver.

L'étudiante de 19 ans aux ongles soigneusement manucurés rêve de devenir ingénieure. Comme beaucoup d'autres jeunes Zambiens, elle vit avec le VIH. 

"Dans d'autres hôpitaux, on ne vous explique pas ce qu'il faut faire. On vous dit juste que vous êtes séropositif et on vous renvoie à la maison avec les médicaments", déplore-t-elle. "Il arrive que des gens se suicident, parce qu'ils pensent que c'est la fin du monde".

Selon Onusida, l'agence des Nations unies combattant la pandémie, 2,1 millions d'adolescents vivaient avec le VIH en 2013, dont 80% en Afrique subsaharienne.

La Zambie présente l'un des taux de prévalence les plus élevés au monde: on estime que 13% de ses 14 millions d'habitants sont contaminés.

L'épidémie est partout. Dans le journal Saturday Post, près de la moitié des petites annonces vantent des traitements à base d'herbes médicinales contre le virus, entre deux remèdes contre les chagrins d'amour ou les hanches trop plantureuses.

Si U-Report s'attaque avec succès au problème du sida chez les jeunes, de nombreux obstacles demeurent. Les adolescents qui ont accès à un conseiller doivent encore batailler pour se faire soigner en Zambie, qui pâtit d'un déficit chronique de soignant.

Ce service de conseil par téléphone portable arrive toutefois au meilleur moment. 

D'ici fin 2014, l'Afrique subsaharienne comptera plus de 635 millions d'abonnements téléphoniques, un nombre appelé à grimper encore alors que les portables sont de plus en plus accessibles financièrement, estimait récemment la compagnie suédoise Ericsson dans un rapport. 

L'expérimentation zambienne s'inscrit dans une tendance mondiale à fournir des services médicaux via les nouvelles technologies, et les jeunes, qui les maîtrisent, sont les plus rapides à s'y mettre. 

"Les recherches à long terme sur les adolescents, la santé et les technologies informatiques montrent qu'ils les préfèrent souvent au contact en tête-à-tête", relève Kevin Patrick, qui fait des recherches sur le sujet à l'Université de Californie (Etats-Unis). "Ils préfèrent confier leurs problèmes intimes à un ordinateur".

Les SMS peu coûteux permettent également de relâcher la pression pesant sur le système de santé publique, complètement débordé.

"Il existe des applications qui aident les gens à localiser le centre de diagnostic VIH le plus proche", souligne David Moore, un autre chercheur de l'Université de Californie, qui travaille sur le rôle des technologies mobiles dans le traitement du sida.

"Et si on pouvait faire un test rapide de VIH en utilisant une application sur son mobile? Cela pourrait changer la donne en matière de prévalence du virus", assure-t-il.

AFP

Ses derniers articles: Italie: le Ghanéen Muntari (Pescara) quitte le terrain après des cris racistes  Nigeria: enquête pour corruption sur l'influent émir de Kano  Au Maroc, les convertis au christianisme sortent de l'ombre 

conseils

Petit manuel

Cinq conseils pour devenir chef rebelle

Cinq conseils pour devenir chef rebelle

jeunes

AFP

Nigeria: 1.000 jours de captivité pour les jeunes filles de Chibok

Nigeria: 1.000 jours de captivité pour les jeunes filles de Chibok

AFP

Afrique du Sud: le chef des jeunes de l'ANC appelle

Afrique du Sud: le chef des jeunes de l'ANC appelle

AFP

Le pape souhaite un accès électronique aux textes sacrés pour les jeunes en Afrique

Le pape souhaite un accès électronique aux textes sacrés pour les jeunes en Afrique