mis à jour le

Maroc: prison ferme contre un jeune franco-marocain pour "apologie du terrorisme"

Un jeune franco-marocain, arrêté pour avoir brandi un drapeau perçu comme un signe de ralliement au groupe Etat islamique (EI), a été condamné à deux ans de prison ferme pour "apologie du terrorisme", a rapporté vendredi un hebdomadaire marocain.

Abdelmalik el Makrini, 18 ans, était poursuivi devant un tribunal de Salé, près de Rabat, pour "apologie d'actes constituant un crime terroriste", selon le site internet de Tel Quel.

Arrêté en août dans la région de Tétouan (nord), où il était en vacances, il avait au préalable accroché "sur le toit de la maison familiale" un "drapeau du tawhid", sur lequel était écrit en blanc sur fond noir "Il n'y a d'autre Dieu que Allah et Mohammed est son messager", une démarche perçue par les autorités comme un signe de ralliement au groupe EI, d'après la même source.

Le jeune homme, domicilié dans le nord de la France, ainsi que ses proches contestent cette interprétation. Avant le procès, sa soeur avait notamment fait valoir que ce drapeau était "librement vendu en France" et arboré "lors des marches ou sit-ins pro-palestiniens par exemple".

Cité par Tel Quel, l'avocat de la Défense, Me Mohamed Kotaya, a annoncé qu'il allait faire appel du jugement rendu jeudi, qualifié d'"injuste".

Selon l'agence marocaine MAP, qui avait tout d'abord évoqué une peine de trois ans de prison à l'encontre de ce Franco-Marocain, 12 autres personnes étaient également jugées par le tribunal de Salé dans le cadre d'"affaires de terrorisme".

Un des accusés, qui avait "rejoint l'organisation Etat islamique afin de participer au jihad", a écopé de quatre ans de prison pour "constitution d'une bande dans le but de préparer et de commettre des actes terroristes dans le cadre d'un projet collectif".

Les autres peines prononcées vont de deux à quatre ans de prison ferme, pour des motifs similaires.

Le gouvernement marocain a adopté en septembre un projet de loi complétant sa législation antiterroriste, afin de lutter en particulier contre l'enrôlement de ressortissants par le groupe EI.

Diverses condamnations, faisant suite au "démantèlement de cellules terroristes", ont été prononcées depuis, pour la plupart comprises entre deux et cinq ans de prison.

Le Maroc a par ailleurs lancé le mois dernier un nouveau dispositif de sécurité, baptisé "Vigilance", après avoir évoqué une "sérieuse menace terroriste".

Les autorités marocaines ne masquent pas leur inquiétude face au recrutement, selon elles, de plus de 2.000 Marocains --en comptant les binationaux-- par des groupes jihadistes, notamment l'EI.

AFP

Ses derniers articles: RDC: l'opposant historique Tshisekedi s'apprête  CAN: l'Algérie démunie et sortie par un solide Sénégal  CAN: la Tunisie se met en quatre pour les quarts 

ferme

AFP

Nigeria: l'aéroport d'Abuja sera fermé six semaines pour travaux en mars

Nigeria: l'aéroport d'Abuja sera fermé six semaines pour travaux en mars

AFP

Sénégal: un imam condamné en appel

Sénégal: un imam condamné en appel

AFP

Soudan du Sud: un quotidien fermé après la publication d'un rapport sur la corruption

Soudan du Sud: un quotidien fermé après la publication d'un rapport sur la corruption

jeûne

AFP

Tunisie: près d'un jeune sur deux songe

Tunisie: près d'un jeune sur deux songe

AFP

RDC: Kabila, président jeune et secret interdit de nouveau mandat

RDC: Kabila, président jeune et secret interdit de nouveau mandat

AFP

Jeune Noir enfermé dans un cercueil: les 2 Sud-africains blancs restent en prison

Jeune Noir enfermé dans un cercueil: les 2 Sud-africains blancs restent en prison

prison

AFP

Tunisie: appels pour que "fumer un joint" ne mène plus en prison

Tunisie: appels pour que "fumer un joint" ne mène plus en prison

AFP

Anti-corruption au Gabon: l'ex-ministre du Pétrole en prison

Anti-corruption au Gabon: l'ex-ministre du Pétrole en prison

AFP

RDC: 3 ans de prison pour 15 personnes après les manifestations anti-Kabila

RDC: 3 ans de prison pour 15 personnes après les manifestations anti-Kabila