mis à jour le

Nigeria: 50 morts dans l'attaque lundi de Damasak par Boko Haram

L'attaque lundi par le groupe islamiste armé Boko Haram de la ville de Damasak, une ville du nord-est du Nigeria frontalière du Niger, a fait une cinquantaine de morts et a provoqué la fuite de 3.000 habitants au Niger, a déclaré vendredi le Haut Commissariat de l'ONU pour les réfugiés.

L'attaque "a tué jusqu'à cinquante personnes et en a forcé au moins 3.000 à fuir pour sauver leur vie dans la région de Diffa, au Niger voisin", a indiqué à la presse Adrian Edwards, porte-parole du HCR.

"Notre équipe à Diffa indique que des gens continuent à arriver du Nigeria. La plupart attendent des bateaux pour traverser la rivière Komadougou Yobe qui sépare les deux pays mais certains essayent de passer à la nage et les habitants locaux ont fait état de noyades", a-t-il ajouté.

Boko Haram a pourchassé et tué des habitants jusque sur les rives de la rivière, ont raconté les habitants cités. Ils ont dit que "beaucoup de civils ont été tués dans l'attaque de Damasak, en particulier des jeunes, mais les insurgés ont aussi tiré sur les femmes et les enfants",  a précisé le porte-parole.

Selon certaines informations, l'attaque aurait été mené en représailles au fait que les jeunes de la ville rejoignaient les groupes d'auto-défense pour combattre les insurgés nigérians, a indiqué M. Edwards. L'attaque a été soudaine et les gens ont fui en abandonnant tout.

"De nombreux enfants ont été séparés de leurs parents durant l'attaque et la fuite vers le Niger", selon le HCR, certains essayant de retrouver de la famille dans la ville la plus proche, Chetimari. 

Un raid similaire des jihadistes le weekend dernier a fait 48 morts dans la ville nigériane voisine de Doron Baga. 

Plus de 100.000 Nigérians ont fui au Niger depuis mai 2013 suite à ces attaques selon le HCR qui estime que 30.000 sont partis au cours des deux derniers mois. 

Quelque 39.000 autres ont également fui au Cameroun et 2.800 au Tchad, les structures économiques déjà fragiles de la région risquant maintenant de ne plus pouvoir fonctionner, selon le HCR.

Le groupe islamiste s'est emparé depuis le printemps 2014 d'une vingtaine de villes dans les trois Etats de Borno, d'Adamawa et de Yobe, et affirme avoir instauré un "califat islamique" dans les zones sous son contrôle.

Plus de 13.000 personnes ont été tuées depuis le début de l'insurrection de Boko Haram en 2009, et près de 1,5 million d'habitants ont été déplacés par les violences.

AFP

Ses derniers articles: Accord Canal+ et CAF pour la diffusion de la CAN en Afrique francophone  Tchad: onze opposants libérés, des femmes interdites de rassemblement  Egypte: "une stratégie de trois ans" pour relancer l'économie 

haram

AFP

Cameroun: six militaires tués dans une attaque de Boko Haram

Cameroun: six militaires tués dans une attaque de Boko Haram

AFP

Recul de Boko Haram et de l'EI: moins de morts en 2015

Recul de Boko Haram et de l'EI: moins de morts en 2015

AFP

Nigeria: Boko Haram promet de poursuivre "la guerre" sous Trump

Nigeria: Boko Haram promet de poursuivre "la guerre" sous Trump

morts

AFP

Affrontements dans le centre de la RD Congo : 23 morts

Affrontements dans le centre de la RD Congo : 23 morts

AFP

Nigeria: 14 morts dans l'explosion d'un camion-citerne dans le centre

Nigeria: 14 morts dans l'explosion d'un camion-citerne dans le centre

AFP

Ouganda: le bilan des combats dans l'ouest monte

Ouganda: le bilan des combats dans l'ouest monte