mis à jour le

Boycott de l'origine Israël en Afrique du Sud: manifestations interdites chez Woolworths

La chaîne de supermarchés haut de gamme Woolworths d'Afrique du Sud, cible d'une campagne de boycott des produits israéliens par des militants pro-palestiniens, a obtenu mardi en justice l'interdiction de toute manifestation à l'intérieur de ses magasins, a-t-on appris auprès de l'entreprise.

"Woolworths salue la décision de justice qui met nos clients et salariés à l'abri des manifestations illégales de BDS (Boycott, Divestment and Sanctions against Israël in South Africa) dans ses magasins", a indiqué Paula Disberry, responsable des ventes dans un communiqué.

Des figues, des bretzels et des grenades sont les trois produits "origine Israël" actuellement en rayon chez Woolworths, la chaîne préférée des Sud-Africains aisés, avec 400 magasins. 

"Sur l'année, nous achetons moins de dix produits en Israël", souligne l'entreprise, dont l'assemblée générale annuelle mercredi pourrait être perturbée par la campagne, commencée en juillet, et qui a gagné en intensité voire en agressivité.

Le 24 octobre, une tête de cochon a été déposée dans un rayon Woolworths du Cap, faisant scandale jusque dans les rangs du parti au pouvoir, l'ANC, qui a dénoncé un incident "extrêmement malheureux".

"Nos équipes et nos clients ont peur de l'escalade violente et cette décision de justice est un soulagement", a souligné Mme Disberry.

Dans un communiqué, les promoteurs du boycott --qui inclut une partie de la jeunesse ANC et la confédération syndicale Cosatu alliée du pouvoir-- ont promis de "diminuer  certaines manifestations en magasins" mais promis "d'intensifier leur campagne durant les fêtes".

"Le BDS se présente comme un défenseur des droits de l'homme, mais leur tactique reste la pression, la division et l'intimidation (...) Cela n'aide en rien les Palestiniens et a un impact zéro sur Israël", a récemment dénoncé le conseil juif sud-africain (SAJBD).

La communauté juive sud-africaine se singularise par ses divisions sur la politique menée par l'Etat hébreu, certaines franges soutenant la cause palestinienne, l'assimilant à la lutte anti-apartheid.

Parallèlement, la critique de la politique israélienne a gagné du terrain ces dernières années, même si Pretoria maintient de bonnes relations avec Israël.

En 2012, l'Afrique du Sud a rompu avec une relative neutralité observée depuis 1994 dans le conflit israélo-palestinien, en interdisant l'étiquette "made in Israël" sur les produits venant des Territoires occupés.

Et en septembre, l'ANC au pouvoir a recommandé à ses membres et dirigeants de ne pas se rendre en Israël, annonçant qu'il se joignait à un appel au boycott culturel, académique et éducatif.

AFP

Ses derniers articles: Burkina: deux commissariats attaqués par des "jihadistes" (sources concordantes)  Fatigués et affamés, les Sud-Soudanais se réfugient au Soudan  RDC: l'épiscopat redoute un plan pour "empêcher" les élections 

Afrique

AFP

L'armée allemande aux avant-postes de la défense européenne en Afrique

L'armée allemande aux avant-postes de la défense européenne en Afrique

AFP

Afrique du Sud: la police intervient contre les violences xénophobes

Afrique du Sud: la police intervient contre les violences xénophobes

AFP

Cameroun/crise anglophone: coupure internet sans précédent en Afrique

Cameroun/crise anglophone: coupure internet sans précédent en Afrique

boycott

AFP

CAN: des militants gabonais appellent au boycott

CAN: des militants gabonais appellent au boycott

AFP

Maroc: la principale mouvance islamiste appelle

Maroc: la principale mouvance islamiste appelle

AFP

Le Soudan en campagne présidentielle entre répression et boycott

Le Soudan en campagne présidentielle entre répression et boycott

Israël

AFP

Tunis: manifestation après un assassinat attribué par le Hamas

Tunis: manifestation après un assassinat attribué par le Hamas

AFP

Tunisie: remous après la mort d'un ingénieur attribué

Tunisie: remous après la mort d'un ingénieur attribué

Disparition

Le jour où Shimon Peres voulut vendre l'arme nucléaire au régime de l'apartheid

Le jour où Shimon Peres voulut vendre l'arme nucléaire au régime de l'apartheid