mis à jour le

Darfour: enquête sur des allégations de viol collectif par des soldats

Sous un arbre du village soudanais de Tabit, le procureur général du Darfour écoute une à une des habitantes au sujet d'allégations faisant état d'un récent viol collectif perpétré par des soldats.

En costume malgré la chaleur, Yassir Ahmed Mohamed, assis à une table, prend des notes en écoutant le récit d'une femme en tunique colorée. Une dizaine d'autres attendent en ligne pour lui parler.

Soumises à une vive pression internationale au sujet de ce viol collectif, qui aurait été commis sur 200 femmes et filles du village le 31 octobre, les autorités soudanaises ont récemment transporté sur place une trentaine de journalistes pour démontrer qu'elles enquêtaient.

Les responsables, dont le procureur général, ont néanmoins refusé de s'exprimer sur le sujet pendant la visite.

Khartoum ne cesse depuis début novembre de contester ces allégations qui ont provoqué des tensions avec la mission conjointe ONU-Union africaine au Darfour (Minuad).

cours de la visite, réalisée sous l'oeil de soldats, nombreux sont les habitants de Tabit à exprimer leur soutien à l'armée. Ils affirment que les militaires les protègent de plusieurs groupes rebelles continuant à opérer dans les environs.

"Les relations avec l'armée sont bonnes, elle aide les habitants", déclare ainsi un villageois, Mouhahadein Surour, qui travaille comme aide-soignant.

Tabit est situé dans le nord du Darfour, où les violences ont fait plus de 300.000 morts et 2 millions de déplacés depuis le début en 2003 d'une insurrection. Les rebelles, qui appartiennent à des tribus non arabes, dénoncent leur marginalisation dans le pays.

La localité est passée en 2003 sous le contrôle des rebelles, avant que les forces gouvernementales ne la reprennent sept ans plus tard. L'armée maintient depuis une garnison non loin.

 

- Un rapport évoque des intimidations -

 

Rapportés par Radio Dabanga, une radio locale sur internet et site d'informations, les viols se seraient produits alors que des soldats fouillaient le secteur à la recherche d'un de leurs camarades disparus. 

A l'arrivée des journalistes à bord d'un convoi de 40 pick-up protégé par des soldats lourdement armés, une foule de quelque 300 personnes ont brandi des banderoles sur lesquelles était inscrit: "Nous rejetons l'accusation selon laquelle nos filles et s½urs ont été violées". "Honte, honte à Radio Dabanga!", scandaient-ils.

Malgré la violence persistante, une habitante de 27 ans, Nadia Osmane, assure que la situation est plus calme que les années passées.

"Les jours de guerre ont été difficiles, nous ne pouvions pas quitter le village. Maintenant l'atmosphère est calme", affirme la jeune femme, sans faire référence aux allégations de viol collectif.

Ces dernières n'ont pu faire l'objet d'une enquête réellement indépendante.

Le 9 novembre, la Minuad, après un premier refus des autorités, a pu se rendre à Tabit, où elle n'a pas trouvé de preuves d'un viol collectif.

Toutefois, un rapport confidentiel de la Minuad a fait état d'intimidations auxquelles se serait livrée l'armée au moment où elle enquêtait. Des soldats soudanais suivaient et enregistraient les entretiens des Casques bleus avec les villageois, et la Minuad a fait état d'"une ambiance de peur et de silence".

Depuis, Khartoum a refusé les demandes de la Minuad de retourner sur les lieux pour poursuivre son enquête, et lui a demandé de préparer une "stratégie de retrait" du Darfour.

L'affaire a écorné encore un peu plus l'image du régime soudanais. Au pouvoir depuis 25 ans, Omar el-Béchir est recherché par la Cour pénale internationale pour crimes contre l'humanité et génocide au Darfour.

Vendredi, lors d'une rencontre avec des diplomates occidentaux, le ministre adjoint des Affaires étrangères, Abdoullah al-Azraq, a de nouveau nié les allégations de viol, en soulignant que des soldats de la garnison étaient mariés à des femmes du village.

"Nous ne disons pas que nous sommes des anges, mais nous sommes certains à 100% de ne pas être des démons", a-t-il assuré.

AFP

Ses derniers articles: Centrafrique: l'ONU lance un appel d'urgence  Les Burundais au Rwanda: "Réfugiés mais pas condamnés  Sahara occidental: espoir d'un règlement après le retrait du Front Polisario 

collectif

AFP

Namibie: recours collectif indigène contre l'Allemagne pour génocide présumé

Namibie: recours collectif indigène contre l'Allemagne pour génocide présumé

AFP

Un collectif d'"amis" de Lamine Diack verse sa caution

Un collectif d'"amis" de Lamine Diack verse sa caution

AFP

Burundi: un collectif de journalistes veut continuer d'informer "pour que le monde sache"

Burundi: un collectif de journalistes veut continuer d'informer "pour que le monde sache"

enquête

AFP

La RDC enquête sur l'assassinat de deux experts de l'ONU

La RDC enquête sur l'assassinat de deux experts de l'ONU

AFP

Violences en RDC: volte face de Kinshasa qui promet une enquête

Violences en RDC: volte face de Kinshasa qui promet une enquête

AFP

Afrique du Sud: enquête après l'empoisonnement de plusieurs lions

Afrique du Sud: enquête après l'empoisonnement de plusieurs lions

soldats

AFP

Tchad: une dizaine de soldats détenus tués lors de leur transfert

Tchad: une dizaine de soldats détenus tués lors de leur transfert

AFP

Le parquet demande un non-lieu pour les soldats français de Sangaris

Le parquet demande un non-lieu pour les soldats français de Sangaris

AFP

Vidéo d'un massacre en RDC: sept soldats arrêtés au Kasaï

Vidéo d'un massacre en RDC: sept soldats arrêtés au Kasaï