mis à jour le

Nigeria: gaz lacrymogènes au Parlement avant le vote sur l'état d'urgence

Les forces de l'ordre ont tiré des gaz lacrymogènes, jeudi, dans le hall du Parlement nigérian à l'arrivée du président de la Chambre des représentants, juste avant un vote sur une prolongation de l'état d'urgence contre Boko Haram dans le Nord-Est, selon un journaliste de l'AFP et un témoin. 

Le président du Sénat David Mark a ordonné la fermeture immédiate du Parlement, composé du Sénat et de la Chambre des représentants, jusqu'à la semaine prochaine, suite à cet incident.

Selon plusieurs sources dont des témoins visuels, des agents des forces de l'ordre ont tenté d'empêcher Aminu Tambuwal, le président de la Chambre, d'entrer dans le bâtiment dont les grilles étaient fermées.

Le Parti démocratique du peuple (PDP, au pouvoir) conteste à M. Tambuwal, qui a annoncé le mois dernier rejoindre l'opposition en vue des élections de février prochain, le droit de continuer à présider la Chambre des représentants.

Les députés devaient se prononcer jeudi sur la proposition du président Goodluck Jonathan de prolonger l'état d'urgence dans les trois Etats les plus touchés par l'insurrection des islamistes de Boko Haram, dans le Nord-Est, pour six mois supplémentaires.

Le Congrès progressiste (APC), principal parti d'opposition, rejoint par M. Tambuwal, a vivement critiqué l'état d'urgence, considérant que depuis son instauration en mai 2013, l'escalade de la violence s'est poursuivie et la situation a empiré dans les Etats de Borno, Yobe et Adamawa.

Un employé du Parlement a dit avoir vu la police tirer des gaz lacrymogènes au moment où M. Tambuwal et d'autres députés de l'opposition tentaient d'entrer dans le bâtiment malgré les grilles closes.

Les députés ont escaladé le portail et se sont dirigés vers le hall du Parlement, où "la police a de nouveau tiré des gaz lacrymogène", a ajouté ce témoin.

Des images diffusées par la chaîne privée Channels montrent les députés escaladant les grilles.

Selon un journaliste de l'AFP, le hall était encore plein de gaz lacrymogène plusieurs minutes après l'arrivée de M. Tambuwal.

Le porte-parole de la police, Emmanuel Ojukwu, a affirmé à l'AFP que les policiers n'étaient pas impliqués dans cet incident. 

 

 

AFP

Ses derniers articles: Maroc: échauffourées entre des migrants et des habitants de Casablanca  Tunisie: auditions publiques sur la répression de manifestations en 2012  Tchad: l'ex-maire de Moundou finalement remis en liberté 

gaz

AFP

Kenya: la police disperse 3.000 manifestants au gaz lacrymogène

Kenya: la police disperse 3.000 manifestants au gaz lacrymogène

AFP

L'Algérie veut reprendre l'exploration du gaz de schiste

L'Algérie veut reprendre l'exploration du gaz de schiste

AFP

Gaz lacrymogène, pneus brûlés et vive tension au Kenya

Gaz lacrymogène, pneus brûlés et vive tension au Kenya

parlement

AFP

Tunisie: deux policiers poignardés devant le Parlement par un "extrémiste"

Tunisie: deux policiers poignardés devant le Parlement par un "extrémiste"

AFP

Le chef du Parlement européen veut mobiliser 40 milliards d'euros pour l'Afrique

Le chef du Parlement européen veut mobiliser 40 milliards d'euros pour l'Afrique

AFP

Le Parlement panafricain en pleine crise existentielle

Le Parlement panafricain en pleine crise existentielle

vote

AFP

Sud-est du Nigeria: vote calme malgré le boycott des pro-Biafra

Sud-est du Nigeria: vote calme malgré le boycott des pro-Biafra

AFP

Craintes pour la transition démocratique en Tunisie après le vote d'une loi

Craintes pour la transition démocratique en Tunisie après le vote d'une loi

AFP

L'Angola vote pour choisir un successeur au président dos Santos

L'Angola vote pour choisir un successeur au président dos Santos