mis à jour le

Egypte: dans le Sinaï, les déplacés assimilés aux "terroristes" et "traîtres"

Abou Mahmoud et sa famille n'ont eu que huit heures pour évacuer leur maison de la zone-tampon que l'armée égyptienne établit sur 500 m de large dans le Sinaï le long de la frontière avec la bande de Gaza. 

Il essuie aujourd'hui la méfiance des militaires, qui le présument "terroriste", et les quolibets des habitants d'al-Arish, à 35 km plus à l'ouest, qui considèrent les déplacés du Nord-Sinaï comme des "traîtres".  

Des centaines de familles ont dû quitter leurs maisons, avant qu'elles ne soient dynamitées, dans cette langue de territoire qui longe sur 13,5 km la frontière de l'enclave palestinienne de la bande de Gaza.

C'est la dernière mesure en date de l'armée dans sa lutte contre les insurgés islamistes qui ont fait de la péninsule du Sinaï leur bastion et multiplient les attentats meurtriers contre les militaires et les policiers.

Le principal groupe armé, Ansar Beït al-Maqdess, vient de faire allégeance aux jihadistes de l'Etat islamique (EI), qui multiplie les atrocités en Syrie et en Irak. Mais il vise exclusivement les forces de l'ordre et dit agir en représailles à l'implacable et sanglante répression qui s'est abattue sur les islamistes en Egypte depuis que l'armée a destitué, en juillet 2013, le président élu Mohamed Morsi.

Plus de 1.400 manifestants pro-Morsi ont été tués depuis, plus de 15.000 de ses partisans emprisonnés et la quasi-totalité des dirigeants des Frères musulmans, la confrérie islamiste de M. Morsi qui avait remporté toutes les élections depuis la chute de Hosni Moubarak en 2011, encourent la peine de mort dans divers procès.

Pour le gouvernement, la zone-tampon doit permettre d'isoler les jihadistes dans une zone désertique et d'accélérer la destruction des tunnels clandestins entre l'Egypte et Gaza.

Le régime dirigé par l'ex-chef de l'armée qui a destitué M. Morsi, le président Abdel Fattah al-Sissi, accuse le mouvement islamiste palestinien Hamas, qui dirige de facto la bande de Gaza, comme le principal soutien armé des insurgés égyptiens, par le biais des tunnels dans lesquels transitent combattants et armements selon lui.

Comme celle d'Abou Mahmoud --un nom d'emprunt tant il redoute des représailles--, plus de 800 habitations ont été ou doivent être démolies et quelque 1.100 familles déplacées, selon l'armée. Les déplacés, eux, parlent volontiers de "punition collective" à propos des maisons détruites.

- Tunnels de contrebande -

A Al-Arish, le chef-lieu du Nord-Sinaï situé à 35 km de Rafah, poste frontalier avec Gaza, des jeunes ayant récemment quitté la zone-tampon discutent et plaisantent dans leur élégante voiture. Mais ils refusent de parler et appellent leur père, Abou Mahmoud, qui décrit discriminations et vexations.

"Aux barrages de sécurité, les officiers nous traitent mal et nous soumettent à des fouilles corporelles lorsqu'ils constatent que nos voitures sont immatriculées dans le Nord-Sinaï", dénonce Abou Mahmoud. "Et les civils nous accusent d'être des traîtres lorsqu'ils apprennent que nous venons de là".

Son frère Mohamed se plaint du rôle "extrêmement négatif" des médias, qui tiennent un "discours haineux" contre les populations du Nord-Sinaï, "comme si tous les habitants de cette région étaient des terroristes."

Début novembre, le président Sissi avait présenté ses excuses aux résidents déplacés et promis des dédommagements.

Mais à Al-Arish, quasiment personne ne plaint les déplacés de Rafah, soupçonnés d'avoir amassé des petites fortunes grâce aux tunnels de contrebande, qui permettent de faire entrer à Gaza carburants, boîtes de conserve, vêtements, matériel de construction et même bétail, contournant ainsi le blocus imposé par Israël depuis 2006. Les autorités ont par ailleurs indiqué qu'elles ne dédommageraient pas les propriétaires d'habitations dans lesquelles sont découvertes des entrées de tunnels.

Les déplacés "ont pris leurs précautions depuis bien longtemps et ont acheté des terres dans la province de Sharkiya, dans le Delta du Nil, à Ismaïlia", ou dans les banlieues huppées du Caire, accuse Mohamed,  fonctionnaire d'une quarantaine d'années.

Ahmed a vécu toute sa vie à Rafah où il tenait une épicerie, avant de déménager à Al-Arish l'année dernière. La plupart des déplacés "sont millionnaires, ils n'ont pas besoin des dédommagements de l'Etat", assène-t-il.

"L'ouvrier qui transportait les marchandises des camions aux tunnels gagnait entre 1.000 et 1.500 livres égyptiennes par jour (entre 110 et 170 euros), imaginez combien devait gagner le propriétaire d'un tunnel !", lance cet homme de 28 ans.

AFP

Ses derniers articles: Gambie: Yahya Jammeh, imprévisible président  Génocide rwandais: la défense demande l'acquittement "pur et simple"  Mali: nouvel ajournement du procès du chef de l'ex-junte Amadou Sanogo 

deplaces

AFP

Affrontements en Centrafrique: au moins 16 morts et des milliers de déplacés

Affrontements en Centrafrique: au moins 16 morts et des milliers de déplacés

AFP

Centrafrique: 11 tués dans des violences dans un camp de déplacés

Centrafrique: 11 tués dans des violences dans un camp de déplacés

AFP

Nigeria: dans le nord-est, les déplacés de Boko Haram meurent de faim et prient Dieu

Nigeria: dans le nord-est, les déplacés de Boko Haram meurent de faim et prient Dieu