mis à jour le

Nigeria: armée et miliciens ont repris Chibok, la ville des lycéennes enlevées

La ville de Chibok, dans le nord-est du Nigeria, tombée aux mains du groupe islamiste Boko Haram plus tôt cette semaine, a été reprise par l'armée et des miliciens locaux, a-t-on appris dimanche auprès de responsables militaires et locaux.

Cette ville de l'Etat de Borno, sous les feux des médias en raison de l'enlèvement mi-avril de 276 adolescentes par Boko Haram, qui avait provoqué une vague d'indignation dans le monde, était tombée aux mains des islamistes jeudi après-midi, au terme de plusieurs heures de combats entre les islamistes et les miliciens locaux.

"L'armée a recapturé Chibok à 18h30 hier(samedi) soir", a déclaré à l'AFP le général Olajide Olaleye, porte-parole de l'armée de terre, dans un texto.

"Des opérations de nettoyage sont en cours, mais la ville a été sécurisée", a-t-il ajouté.

Pogu Bitrus, le chef des notables de Chibok, a lui aussi annoncé à l'AFP que "depuis 17H00 hier (samedi) il n'y a plus aucun combattant de Boko Haram à Chibok". 

Selon M. Bitrus, qui est en contact avec les miliciens sur place, la ville a été reprise au terme d'une opération conjointe de la milice locale et de l'armée.

"Les miliciens sont entrés dans Chibok et les soldats sont restés à l'extérieur de la ville pour capturer les insurgés qui essayaient de s'enfuir" a-t-il précisé.

Malgré leurs faibles moyens logistiques, les Civilian JTF, ces jeunes réunis au sein de milices pour combattre les islamistes, semblent s'être substitués à l'armée dans plusieurs zones du nord-est.

Plusieurs habitants ont affirmé que l'armée avait fui jeudi à l'arrivée des assaillants à Chibok, laissant les miliciens combattre seuls.

Boko Haram, dont l'insurrection a fait plus de 10.000 morts ces cinq dernières années, a pris le contrôle de plus d'une vingtaine de villes et villages dans le nord-est du Nigeria ces derniers mois. 

La prise de Chibok est hautement symbolique, les autorités nigérianes ayant été très critiquées, à l'international, pour leur manque de réactivité au moment du rapt des lycéeennes, dont 219 sont toujours aux mains des islamistes plus de six mois plus tard.

 

 

AFP

Ses derniers articles: Burkina: le Conseil de sécurité boucle  RDC: au moins 28 opposants arrêtés  Somalie: 8 morts dans l'explosion d'une mine au passage d'un minibus 

armée

AFP

RDC: affrontements entre armée et rebelles ougandais

RDC: affrontements entre armée et rebelles ougandais

AFP

Nigeria: quatre morts lors d'un affrontement entre armée et police

Nigeria: quatre morts lors d'un affrontement entre armée et police

AFP

Angola: nouveaux combats entre armée et séparatistes de Cabinda

Angola: nouveaux combats entre armée et séparatistes de Cabinda

miliciens

AFP

RDC: 3 miliciens présumés tués dans l'attaque d'une base des Casques bleus

RDC: 3 miliciens présumés tués dans l'attaque d'une base des Casques bleus

AFP

RDC: 10 miliciens tués lors d'une offensive de l'armée dans l'est

RDC: 10 miliciens tués lors d'une offensive de l'armée dans l'est

AFP

RDC: 16 miliciens tués dans des combats avec l'armée

RDC: 16 miliciens tués dans des combats avec l'armée

ville

AFP

Crise au Togo: un mort de plus

Crise au Togo: un mort de plus

AFP

Cameroun: Buea, ville fantôme avant la proclamation symbolique de l'indépendance des régions anglophones

Cameroun: Buea, ville fantôme avant la proclamation symbolique de l'indépendance des régions anglophones

AFP

Centrafrique: des hommes armés attaquent la ville de Bocaranga

Centrafrique: des hommes armés attaquent la ville de Bocaranga