mis à jour le

Manifestation en Algérie le 2 mai 2011. Reuters/Zohra Bensemra
Manifestation en Algérie le 2 mai 2011. Reuters/Zohra Bensemra

Algérie, l'âge du feu

S'immoler par le feu devient une issue pour certains Algériens. Mais cela ne semble guère inquiéter les autorités.

Expulsée de son logement à Oran, une femme s’est immolée par le feu et en est morte. Si les premiers immolés en début d’année ont surpris tout le monde, on ne les compte plus aujourd’hui tellement l’acte, d’un terrible désespoir, est devenu une banalité terrible.

Crise de folie passagère

Tout comme les harraga, brûleurs de frontière, ou les victimes quotidiennes du terrorisme, les immolés sont passés dans une catégorie subnationale rejoignant l’accident domestique, l’irresponsabilité personnelle ou la crise de folie passagère. Quelques jours avant, un jeune s’était aussi immolé par le feu pour n’avoir pas été admis à l’université.

Détresse inflammable

Le cynisme gouvernemental expliquerait qu’il en a trop fait, on ne se brûle par pour des études qui, de toutes façons, mènent au chômage et à l’Ansej, l'agence nationale de soutien d'emploi des jeunes . Mais qu’a-t-il dit sur cette femme, brûlée pour avoir été mise à la rue par l’autorité publique? Rien. Ni le ministre des 3 millions de logements ni celui des milliards de bus de la solidarité ne jetteront un mot sur cette détresse inflammable et cette inédite façon de se loger, en enfer. On peut comprendre le décideur, l’Algérien, un extraverti prompt à mettre le feu à une daïra(une sous-préfecture) ou à un ministère pour protester, est passé à l’introversion et à la phase automutilatrice, préférant se brûler que de brûler la source, réelle ou sublimée, de sa colère.

L’Algérie aurait dû exploser

Pour le gouvernement, le suicide est donc une solution en soi, un poids de moins pour la collectivité et un cas définitivement rayé du grand registre de la doléance. Avec tous les problèmes récurrents, l’Algérie aurait dû exploser. Elle implose. Sous le sourire discret des responsables qui entrevoient la solution finale: on ne peut pas loger tout le monde, les demandeurs doivent s’adapter à l’offre et il faudra brûler les excédents pour entrer dans les chiffres qui contenteront le satisfait Président. Demain, les déclassés de chaque secteur seront accueillis par l’administration avec des lance-flammes.

Chawki Amari

Chroniqueur à SlateAfrique et El Watan


Cet article a d'abord été publié dans El Watan

A lire aussi:

Cette saisissante immolation par le feu

L'Algérie - L'immolation par le feu est-elle contagieuse?

Chawki Amari

Journaliste et écrivain algérien, chroniqueur du quotidien El Watan. Il a publié de nombreux ouvrages, notamment Nationale 1.

Ses derniers articles: L'effroyable tragédie du FLN  Cinq parallèles entre le Mali et l'Afghanistan  Bigeard, le tortionnaire vu comme un résistant 

Abdelaziz Bouteflika

Scandale

En Algérie, une chaîne télé fermée pour avoir accueilli l'ex-chef de l'Armée islamique du salut

En Algérie, une chaîne télé fermée pour avoir accueilli l'ex-chef de l'Armée islamique du salut

Flou

C'est avant que l'opposition aurait dû faire bloc contre Bouteflika

C'est avant que l'opposition aurait dû faire bloc contre Bouteflika

Algérie

Pourquoi l'Algérie doit changer de modèle économique

Pourquoi l'Algérie doit changer de modèle économique

crise sociale

Etonnement

Pourquoi le Sénégal commande-t-il des avions de guerre?

Pourquoi le Sénégal commande-t-il des avions de guerre?

immolation

Printemps arabe

En Tunisie, les suicides «politiques» sont de plus en plus stigmatisés

En Tunisie, les suicides «politiques» sont de plus en plus stigmatisés

LNT

Immolation d’un jeune chômeur en Algérie

Immolation d’un jeune chômeur en Algérie

Actualités

Manzel Tmim : Décès d’un employé de la municipalité suite à une immolation par le feu

Manzel Tmim : Décès d’un employé de la municipalité suite à une immolation par le feu