mis à jour le

Le Maroc pense avoir plus

Le Maroc, qui a refusé d'organiser en janvier la CAN-2015 en raison du risque Ebola, a fait prévaloir la santé de ses citoyens mais a aussi pu vouloir prémunir son tourisme d'un scénario catastrophe, estimant que son image n'en serait pas altérée sur le continent.

"Tout pays a le droit de garantir la sécurité de ses citoyens", a répété mardi le ministre des Sports, Mohammed Ouzzine, dans une rare réaction officielle à la décision de la Confédération africaine (CAF) de lui retirer l'organisation du premier rendez-vous sportif du continent.

Malgré le refus catégorique de la CAF d'envisager un report, le Maroc n'a pas bougé d'un iota depuis sa demande initiale le 10 octobre, s'accrochant au "cas de force majeure sanitaire" que représente selon lui l'épidémie d'Ebola, avec ses plus de 5.000 morts, principalement en Afrique de l'Ouest.

Le royaume, qui devait abriter la CAN pour la deuxième fois seulement, se trouve privé du statut de "capitale du sport africain" que lui aurait conféré durant près d'un mois la compétition. Sa sélection, qui devait participer au titre de pays hôte, a été disqualifiée et d'autres sanctions pourraient suivre.

Mais l'encadrement des Lions de l'Atlas --le nom de l'équipe nationale-- et la plupart des Marocains semblent faire contre mauvaise fortune bon c½ur. "La santé du peuple passe avant tout (...) le gouvernement a très bien fait", a réagi le sélectionneur-adjoint, Mustapha Hadji, une ancienne gloire du football national.

Du point de vue sanitaire, le dispositif mis en place par le Maroc pour contrer Ebola a été salué pour son efficacité. Et le pays, où aucun cas de ce virus n'a été signalé, s'est fait fort de maintenir l'intégralité de ses liaisons aériennes avec les pays touchés.

Le royaume, qui manque de 7.000 médecins et 9.000 infirmiers selon des chiffres officiels, a toutefois pu craindre que son dispositif sanitaire soit fragilisé, dans le cas d'une arrivée massive de supporteurs.

- "Perdre 90% de tourisme"-

 

Si la protection de ses citoyens est l'unique argument avancé, d'autres considérations ont cependant pu peser, en particulier la santé de son secteur touristique, qui pèse environ 10% du PIB.

Le Maroc, qui vise 20 millions de visiteurs par an d'ici 2020 (contre 10 millions en 2013), aurait pu tirer profit de la tenue de la compétition à une période "où l'affluence touristique est généralement faible", remarque Moncef Lyazghi, chercheur en politiques sportives.

Selin lui, la CAN aurait aussi "renforcé la confiance dans les capacités d'organisation d'événements internationaux" par le royaume, qui garde l'ambition d'abriter à moyen terme une Coupe du monde.

Mais, d'un autre côté, "si un cas ou deux d'Ebola venaient à être signalés au Maroc, cela aurait un impact négatif majeur", souligne M. Lyazghi.

"Imaginez qu'il y ait Ebola au Maroc, on perdrait 90% du tourisme !", s'est lui-même exclamé Mustapha Hadji, pour justifier son soutien à la décision.

Ces menaces ont-elles convaincu le Maroc de prendre le risque de voir son image écornée sur le continent ?

Le Maroc "n'a pas tenu compte de la déception des Africains", a affirmé sur France 24 l'international ivoirien de Manchester City Yaya Touré, l'une des vedettes africaines évoluant en Europe.

Sur son compte Twitter, le directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS), Pascal Boniface, a estimé que la décision du Maroc aurait "de lourdes conséquences dans les relations entre Rabat et les pays d'Afrique subsaharienne".

Cette idée est toutefois réfutée par El Hassan Boukantar, professeur de droit international à Rabat: "Il faut séparer les registres sportifs et diplomatiques (...) Le Maroc est fortement engagé sur la scène africaine et le restera".

A ce jour, le royaume est le deuxième investisseur africain sur le continent. Sur les cinq dernières années, plus de la moitié de ses investissements directs à l'étranger (IDE) ont ainsi concerné l'Afrique, pour un montant d'un milliard et demi d'euros, selon l'Office nationale des changes. 

Jeudi, le président gabonais Ali Bongo, dont le pays a été cité pour reprendre l'organisation de la CAN-2015, est arrivé au Maroc, dans le cadre d'un nouveau séjour privé.

AFP

Ses derniers articles: Maroc: échauffourées entre des migrants et des habitants de Casablanca  Tunisie: auditions publiques sur la répression de manifestations en 2012  Tchad: l'ex-maire de Moundou finalement remis en liberté 

Maroc

AFP

Le Maroc scrute les cieux, inquiet face au risque de sécheresse

Le Maroc scrute les cieux, inquiet face au risque de sécheresse

AFP

Bousculade au Maroc lors d'une distribution d'aide: au moins 15 morts

Bousculade au Maroc lors d'une distribution d'aide: au moins 15 morts

AFP

Le Maroc lance une réflexion pour un "agenda africain de la migration"

Le Maroc lance une réflexion pour un "agenda africain de la migration"