mis à jour le

Centrafrique: des ex-combattants Séléka refusent de quitter Bangui

Des combattants centrafricains cantonnés depuis début 2014 dans deux camps militaires à Bangui manifestaient jeudi matin dans la ville pour signifier leur refus d'être renvoyés dans leurs régions d'origine, a constaté un correspondant de l'AFP.

Ces combattants sont issus de l'ex-coalition Séléka, qui avait pris le pouvoir à Bangui début 2013, avant d'être contrainte de l'abandonner en janvier 2014 par l'intervention des forces internationales.

Des groupes de quelques dizaines de personnes - la plupart sans armes, quelques uns en possession de grenades - se sont positionnés dans plusieurs endroits de la capitale autour des camps Béal et du RDOT où ils sont cantonnés sous la surveillance des forces internationales, dans l'attente d'être reconduits en province.

Les manifestants refusent de quitter la capitale et veulent s'y établir.

Centrafrique: des ex-combattants Séléka refusent de quitter BanguiLes forces onusienne Minusca, française Sangaris, et européenne Eufor-RCA ont déployé un dispositif impressionnant autour des manifestants.

Craignant des violences des habitants des alentours ont fui leurs maisons, ou se terrent dans leur domicile et la circulation était coupée aux abords des deux camps. Aucun incident n'avait été signalé.

Environ un millier de combattants Séléka sont toujours cantonnés dans la capitale, les autres ayant rejoint leur régions d'origine (essentiellement dans le nord du pays), lors d'opérations de transfert menées par l'Organisation internationale des migrations (OIM).

Ces transferts doivent être suivis d'un programme DDR (Démobilisation, désarmement, réinsertion) financé par la communauté internationale.

Depuis son renversement en mars 2013 par l'ex-rébellion Séléka, chassée à son tour du pouvoir en janvier 2014, la Centrafrique a sombré dans une très grave crise sécuritaire et politique sans précédent.

Des mois de violences intercommunautaires et d'affrontements entre groupes armés ont depuis achevé de ruiner le pays, déjà rongé par des années d'incurie.

 

 

 

AFP

Ses derniers articles: CAN: le "derby" Cameroun-Gabon divise la ville d'Oyem, capitale du Nord  CAN: Gabon-Cameroun, les pressions montent autour des Panthères  Mali: 14 morts au sein d'un groupe pro-gouvernemental 

Bangui

Zone de guerre

Comment la Centrafrique est devenue le théâtre des ambitions gabonaises

Comment la Centrafrique est devenue le théâtre des ambitions gabonaises

AFP

Centrafrique: le nouveau cardinal promet de se rendre très vite au quartier musulman de Bangui

Centrafrique: le nouveau cardinal promet de se rendre très vite au quartier musulman de Bangui

AFP

Centrafrique: nouveau bilan de 11 morts dans les violences

Centrafrique: nouveau bilan de 11 morts dans les violences

Séléka

République centrafricaine

Plongée dans les rues de Bambari, symbole du chaos centrafricain

Plongée dans les rues de Bambari, symbole du chaos centrafricain

AFP

Centrafrique: combats entre forces internationales et ex-rebelles Séléka

Centrafrique: combats entre forces internationales et ex-rebelles Séléka

Blood diamonds

Derrière les violences en Centrafrique se cachent les diamants de sang

Derrière les violences en Centrafrique se cachent les diamants de sang