mis à jour le

Somalie: Washington "préoccupée" par les luttes de pouvoir se retire d'une conférence

Les Etats-Unis, profondément préoccupés par les luttes de pouvoir que se livrent les dirigeants somaliens, ont annoncé mardi se retirer d'une conférence internationale consacrée à ce pays en guerre civile depuis plus de 20 ans.

Washington a appelé les dirigeants à "s'élever au-dessus des divergences politiques qui les éloignent de l'important travail de réunification du pays", a affirmé la porte-parole du département d'Etat Jen Psaki, dans un communiqué.

Le président Hassan Sheikh Mohamud et son Premier ministre Abdiweli Sheikh Ahmed sont en conflit ouvert depuis des mois. Des élus acquis au président souhaitent même le vote d'une motion de défiance contre le chef du gouvernement.

"Les Etats-Unis observent avec préoccupation les troubles politiques récents en Somalie", a ajouté Mme Psaki. "Les initiatives pour faire voter au Parlement une motion de défiance contre le Premier ministre ne servent pas les intérêts du peuple somalien".

Dans ce contexte, Washington "ne voit pas l'intérêt" d'envoyer des représentants à une conférence organisée à Copenhague sur la Somalie en novembre, qui devrait rassembler le gouvernement somalien et des donateurs internationaux.

La semaine dernière, les Nations unies et l'Union européenne avaient déjà mis en garde contre ces luttes de pouvoir, qui compromettent les efforts de paix dans le pays.

L'actuel gouvernement, soutenu par la communauté internationale qui le présentait comme le meilleur espoir de paix et de retour à un Etat effectif en plus de 20 ans de guerre civile, a largement déçu ses partisans qui désormais dénoncent, comme avec les précédentes administrations, corruption et luttes de pouvoir.

En place depuis 2012, il peine comme les précédents à asseoir son pouvoir au-delà de Mogadiscio et sa périphérie, malgré les défaites successives infligées par la force militaire de l'Union africaine dans le Centre et le Sud aux insurgés islamistes shebab.

Dans de nombreuses régions, les shebab, en partant, laissent la place à des chefs de guerre qui tentent d'imposer leur autorité.

La semaine dernière, le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a souligné le risque d'une nouvelle famine dans le pays, trois ans seulement après la précédente au cours de laquelle plus de 250.000 personnes sont mortes de faim.

La Somalie est privée de réelle autorité centrale depuis la chute du régime autoritaire du président Siad Barre en 1991, renversé par des chefs de guerre. Le pays est depuis plongé dans le chaos, livré aux milices claniques, groupes armés islamistes et gangs criminels.

AFP

Ses derniers articles: RD Congo: nouveaux affrontements entre forces de sécurité et une milice  Kinshasa: un journaliste relâché après six heures de détention  L'ancien avion A340 de Ben Ali vendu 

conférence

AFP

La conférence d'Abou Dhabi approuve un fonds pour le patrimoine

La conférence d'Abou Dhabi approuve un fonds pour le patrimoine

AFP

Le Premier ministre français Manuel Valls est en Tunisie

Le Premier ministre français Manuel Valls est en Tunisie

AFP

Afrique du Sud: des milliers de manifestants contre le sida en amont d'une conférence internationale

Afrique du Sud: des milliers de manifestants contre le sida en amont d'une conférence internationale

pouvoir

AFP

Présidentielle en Gambie: le pouvoir de Yahya Jammeh face aux urnes

Présidentielle en Gambie: le pouvoir de Yahya Jammeh face aux urnes

AFP

Les Nyamitwe, deux frères devenus les porte-voix du pouvoir burundais

Les Nyamitwe, deux frères devenus les porte-voix du pouvoir burundais

AFP

Guinée-Bissau: le parti au pouvoir rejette le nouveau Premier ministre

Guinée-Bissau: le parti au pouvoir rejette le nouveau Premier ministre

Washington

AFP

Soudan du Sud: Washington menace Juba d'un embargo sur les armes

Soudan du Sud: Washington menace Juba d'un embargo sur les armes

AFP

RDC: Washington redoute des violences si Kabila s'accroche au pouvoir

RDC: Washington redoute des violences si Kabila s'accroche au pouvoir

AFP

Libye: Washington sanctionne le principal opposant au gouvernement d'union

Libye: Washington sanctionne le principal opposant au gouvernement d'union