mis à jour le

Libye: deux médecins ukrainiens libérés

Deux médecins ukrainiens enlevés en septembre en Libye ont été libérés, a annoncé samedi le ministre ukrainien des Affaires étrangères Pavlo Klimkine, ajoutant que ses deux compatriotes se trouvaient désormais dans un "endroit sûr". 

"Suite à de gros efforts, deux médecins ukrainiens enlevés en septembre en Libye ont été libérés. Ils sont dans un endroit sûr", a écrit le ministre sur son compte Twitter, sans plus de précisions. 

Interrogé par l'AFP, le porte-parole du ministère ukrainien des Affaires étrangères a dit "ne disposer d'aucune information". 

Les autorités libyennes avaient annoncé fin septembre l'enlèvement d'un médecin ukrainien et de son épouse dans la ville de Benghazi, dans l'est libyen, en proie aux violences.

Benghazi, fief de groupes islamistes dont les radicaux d'Ansar Asharia classés "groupe terroriste" par Washington et Tripoli, est régulièrement le théâtre d'assassinats et d'enlèvements de ressortissants étrangers, en particulier occidentaux.

Sous la coupe de milices armées et de puissantes tribus depuis la révolte qui a renversé le régime de Mouammar Kadhafi en octobre 2011, la Libye est en proie au chaos, sur fonds d'une profonde crise politique et une anarchie institutionnelle avec deux gouvernements et deux parlements concurrents se disputant actuellement la légitimité.

Plus de 2.000 médecins et infirmières ukrainiens avaient travaillé en Libye avant la chute de Kadhafi dont Galina Kolotnitska qui était présentée comme l'infirmière personnelle de l'ex-dirigeant libyen.

Leur nombre actuel est inconnu. 

 

médecins

AFP

Grève des médecins "résidents" Algérie: appel au boycott des examens de fin d'études

Grève des médecins "résidents" Algérie: appel au boycott des examens de fin d'études

AFP

Algérie: un millier de médecins "résidents" bravent l'interdiction de manifester

Algérie: un millier de médecins "résidents" bravent l'interdiction de manifester

AFP

Algérie: la justice déclare illégale la grève des médecins "résidents"

Algérie: la justice déclare illégale la grève des médecins "résidents"