mis à jour le

Burkina: intenses tractations pour le retour

L'Afrique de l'Ouest s'est déclarée opposée à des sanctions internationales contre le Burkina Faso, où d'intenses tractations se poursuivaient vendredi pour mettre en place une autorité civile qui doit reprendre les rênes du pays.

Réunis en sommet à Accra, les chefs d'Etat et de gouvernement de la Cédéao, l'organisation régionale ouest-africaine, ont plaidé vendredi pour un assouplissement à l'égard du Burkina, appelant "la communauté internationale" et les "partenaires" du pays à ne pas lui imposer de sanctions "compte tenu des efforts en cours".

L'Union africaine avait menacé lundi d'imposer des "sanctions" -sans préciser lesquelles- si le pouvoir n'était pas remis aux civils dans les 15 jours.

Une semaine jour pour jour après la chute du président Blaise Compaoré après 27 ans de règne, et la prise en main du pays par les militaires, c'est toujours le lieutenant-colonel Isaac Zida qui dirige le régime intérimaire.

Réaffirmant la souveraineté des Burkinabè sur leur propre avenir politique, l'ex-numéro 2 de la garde présidentielle, a cependant refusé jeudi de se voir imposer un calendrier rigide par la communauté internationale pour ce passage de flambeau à un dirigeant civil, écartant d'un revers de main l'ultimatum de l'UA.

"Le délai qu'on nous a imposé (...) ce n'est pas véritablement une préoccupation pour nous", a-t-il déclaré. "L'UA peut dire +dans trois jours+, ça n'engage que l'Union africaine".

Zida n'a toutefois pas exclu de passer la main avant la fin du délai imparti : "Si demain nous avons une personnalité consensuelle" pour diriger une autorité de transition "nous n'allons pas attendre l'UA" pour rendre le pouvoir, a-t-il expliqué.

Mercredi soir l'ensemble acteurs de la crise s'étaient entendus sur la durée de la transition - un an -, sur le fait qu'elle sera dirigée par une personnalité civile et sur l'organisation d'élections présidentielle et législative en novembre 2015.

Aucun nom n'était cependant sorti pour le dirigeant de la transition, une question épineuse qui nécessite davantage de temps, selon tous les acteurs.  

L'ancienne opposition à Blaise Compaoré, la société civile et les chefs religieux et traditionnels ont mis en place une commission conjointe qui travaille depuis jeudi à une "charte de la transition".

Cette charte devra être validée samedi et présentée lundi aux médiateurs internationaux de la troïka ONU-Union africaine-Cédéao, l'organisation régionale ouest-africaine.

L'armée a d'ores et déjà rédigé sa propre "charte", selon des sources militaires, et il semble que le camp Compaoré formulera ses propositions de son côté lundi.

 

- "A nous de faire le choix"-

 

A Ouagadougou, à l'exception de quelques traces de pillage des jours d'insurrection, rien ne vient rappeler qu'il y a une semaine des centaines de milliers de manifestants chassaient un homme au pouvoir depuis 27 ans. Quasiment aucun policier ou militaire n'était visible dans les rues.

Il faut attendre la nuit et l'approche du couvre-feu, à minuit, pour voir quelques blindés et des militaires en armes prendre position dans les rues.

Quant aux habitants, ils ont repris une vie normale et semblent désormais suivre de loin cette étape "technique" des tractations. Beaucoup assuraient ne pas douter que l'armée rende le pouvoir rapidement, comme elle s'y est engagée.

Les différents acteurs de la crise doivent présenter leurs propositions concrètes et leurs exigences pour définir les organes d'un régime de transition, et les critères auxquels devra répondre la personnalité civile chargée de le diriger.

"On se retrouve tous ensemble lundi - armée, société civile, partis politiques, religieux - pour sortir un document unique et consensuel", a déclaré jeudi Jonas Hien, un responsable de la société civile à l'issue d'une rencontre avec l'actuel homme fort du pays, le lieutenant-colonel Zida.

Ce dernier a assuré jeudi soir dans une conférence de presse que les différents acteurs étaient "d'accord" - sans autre détail - sur les critères devant présider au choix du futur chef de la transition.

Selon un responsable associatif impliqué dans les discussions au sein de la société civile, outre les critères classiques d'âge, de nationalité, de probité et d'éducation, cette personnalité ne pourra se présenter lors de des élections prévues à l'issue de la période de transition, en novembre 2015.

L'armée continue de consulter les différentes composantes politico-sociales du Burkina Faso et "nous sommes dans le droit chemin pour trouver une sortie honorable pour le Burkina Faso", a également assuré le lieutenant-colonel Zida, lors de sa conférence de presse. "Ce qui nous préoccupe, c'est de trouver un consensus".

L'accord de mercredi est une "avancée majeure dans le processus de sortie apaisée de la crise", a assuré le lieutenant-colonel Zida.

"L'important, c'est de parvenir à un consensus pour aller au bout d'une année sans problème et faire des élections dont les résultats seront acceptés par tous", a encore estimé M. Zida. 

Une façon de répéter que les acteurs burkinabè se sentent capables de régler la crise entre eux, sans influence extérieure. Plusieurs participants à la réunion de mercredi soir à Ouagadougou ont ainsi dénoncé les apparentes pressions exercées par les médiateurs pour accélérer le processus de désignation d'un chef de la transition.

"C'est à nous de faire le choix, pas à eux", a commenté un responsable associatif.

 

AFP

Ses derniers articles: L'Église craint que la RDC sombre dans "une situation incontrôlable"  Bénin: RSF dénonce la suspension de quatre médias en 48 heures  La longévité politique des chefs d'État africains 

pouvoir

AFP

Présidentielle en Gambie: le pouvoir de Yahya Jammeh face aux urnes

Présidentielle en Gambie: le pouvoir de Yahya Jammeh face aux urnes

AFP

Les Nyamitwe, deux frères devenus les porte-voix du pouvoir burundais

Les Nyamitwe, deux frères devenus les porte-voix du pouvoir burundais

AFP

Guinée-Bissau: le parti au pouvoir rejette le nouveau Premier ministre

Guinée-Bissau: le parti au pouvoir rejette le nouveau Premier ministre

retour

AFP

A Butembo, dans l'Est du Congo : l'étonnant retour des maï-maï

A Butembo, dans l'Est du Congo : l'étonnant retour des maï-maï

AFP

Angleterre: Yaya Touré double buteur pour son retour avec City

Angleterre: Yaya Touré double buteur pour son retour avec City

AFP

Lutte contre le réchauffement: pas de retour en arrière, pour le président de la COP22

Lutte contre le réchauffement: pas de retour en arrière, pour le président de la COP22