mis à jour le

Les dirigeants est-africains font pression pour la fin des combats au Sud Souda

Les dirigeants d'Afrique de l'Est se sont réunis jeudi à Addis Abeba pour pousser les deux parties au conflit ravageant le Soudan du Sud à faire la paix, alors que les Nations unies menacent de nouvelles sanctions.

Après ce sommet, le président sud-soudanais Salva Kiir rencontrera le chef rebelle Riek Machar aux côtés de leaders régionaux, a déclaré un porte-parole de M. Kiir, Ateny Wek Ateny, à l'AFP.

Ces rencontres interviennent après de nouvelles menaces des Nations unies d'imposer des sanctions contre les dirigeants des deux camps qui se font la guerre depuis près d'un an. Le Conseil de sécurité s'est dit prêt cette semaine à prendre des mesures pour punir les responsables des violences.

Depuis le début du conflit dans le plus jeune pays de la planète, les combats ont fait des milliers de morts - sans doute des dizaines de milliers, mais aucun bilan précis n'existe.

Le président kényan Uhuru Kenyatta, qui participe au sommet, a expliqué que les leaders régionaux, dont le Premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn et le président ougandais Yoweri Museveni, allaient discuter de la manière dont "les derniers obstacles au processus de paix au Soudan du Sud peuvent être levés".

Les dirigeants réunis sont membres de l'Igad, l'organisation est-africaine qui fait office de médiateur dans les pourparlers de paix, actuellement bloqués.

Le conflit avait éclaté le 15 décembre, où le président Kiir avait accusé son ex-vice-président renvoyé quelques mois plus tôt, Riek Machar, de tenter d'organiser un coup d'Etat.

Les combats, dans lesquels une vingtaine de groupes armés sont impliqués, ont ensuite dégénéré en conflit ethnique - les Dinka de Salva Kiir contre les Nuer de Riek Machar - marqué par des atrocités et des massacres commis par les deux camps.

MM. Kiir et Machar s'étaient rencontrés le mois dernier en Tanzanie, se serrant la main et endossant leurs responsabilités respectives pour la guerre. Depuis, de violents combats se sont poursuivis dans différentes régions du pays.

Il s'agissait de la première rencontre des deux hommes depuis qu'ils avaient signé un cessez-le-feu en août, qui n'a jamais tenu.

L'Ethiopie, le Kenya et l'Ouganda, voisins du Soudan du Sud, accueillent sur leurs sols au moins 467.000 réfugiés chassés par les combats.

L'Ouganda a envoyé des troupes pour soutenir les forces de Salva Kiir, tandis que l'Ethiopie et le Kenya ont fourni des soldats pour renforcer les Casques bleus de l'ONU postés dans le pays.

AFP

Ses derniers articles: CAN: l'Algérie démunie et sortie par un solide Sénégal  CAN: la Tunisie se met en quatre pour les quarts  CAN: pas de miracle pour l'Algérie, qui laisse Tunisie et Sénégal passer en quarts 

combats

AFP

Libye: violents combats entre milices rivales

Libye: violents combats entre milices rivales

AFP

Ouganda: le bilan des combats dans l'ouest monte

Ouganda: le bilan des combats dans l'ouest monte

AFP

Ouganda: au moins 55 morts dans des combats dans l'ouest

Ouganda: au moins 55 morts dans des combats dans l'ouest