mis à jour le

Nigeria: 16 hommes tués par balles après leur arrestation par l'armée

Seize hommes arrêtés par l'armée dans le nord-est du Nigeria ont été retrouvés morts quelques heures plus tard, tués par balles, ont dénoncé jeudi des responsables locaux, qui réclament une enquête.

Mercredi matin, les soldats ont arrêté au total 17 hommes, dont un imam, dans un quartier de la ville de Potiskum, dans l'Etat de Yobe, alors qu'ils sortaient de la mosquée.

Leurs corps, à l'exception de l'imam, ont été ensuite retrouvés à la morgue de l'hôpital général de Potiskum.

"Tous les corps présentaient des blessures par balles", a déclaré à l'AFP un infirmier ayant requis l'anonymat.

Les corps ont été amenés à la morgue par des soldats et formellement identifiés par des habitants et des responsables de Gogo Tegbo, le quartier où les hommes avaient été arrêtés, a précisé l'infirmier.

Selon Tukur Danu, un habitant, le corps de l'imam ne se trouvait pas à la morgue. "Nous nous inquiétons de ce qu'ils pourraient lui faire", a-t-il ajouté.

Potiskum est la capitale économique de l'Etat de Yobe, un des trois Etats placés sous loi martiale depuis un an et demi à cause de l'insurrection sanglante menée par le groupe islamiste armé Boko Haram.

Au moins 15 personnes ont été tuées lundi à Potiskum et cinquante autres blessées au cours d'un attentat-suicide visant une procession de la communauté chiite de la ville.

Un leader chiite local avait déclaré que plusieurs autres personnes avaient été tuées quand l'armée avait ouvert le feu en réaction à l'attentat.

Selon des représentants locaux, les 16 hommes retrouvés morts ont été arrêtés parce qu'ils font partie de l'ethnie kanouri, dont viennent la plupart des membres de Boko Haram.

"Nous réclamons une enquête sur ces meurtres injustifiés", a déclaré un de ces responsables à l'AFP, sous couvert d'anonymat par crainte pour sa sécurité. "Nous pensons qu'ils ont été tués parce qu'ils étaient kanouris et suspectés d'être de Boko Haram".

Il a dénoncé "des meurtres de sang-froid" et demandé "que justice soit rendue, parce que le fait d'être un soldat n'autorise pas à tuer à volonté sur la base de simples soupçons".

Trois autres personnes ont été arrêtées mercredis soir dans le quartier, a-t-il ajouté.

L'armée nigériane a souvent été accusée par les groupes de défense des droits de l'Homme d'exécutions sommaires, avant même le début de l'insurrection islamiste il y a cinq ans et à de nombreuses reprises depuis.

AFP

Ses derniers articles: Guinée équatoriale: un artiste arrêté, l'Etat et la famille divergent sur les raisons  RDC: l'ONU table toujours sur une présidentielle d'ici au 31 décembre  Kenya: la faune sauvage décimée par des invasions de réserves privées 

arrestation

AFP

Rwanda: arrestation de responsables de deux partis d'opposition

Rwanda: arrestation de responsables de deux partis d'opposition

AFP

Égypte: arrestation de 12 membres d'un réseau de trafic d'organes

Égypte: arrestation de 12 membres d'un réseau de trafic d'organes

AFP

Cameroun: arrestation de 5 "indépendantistes" anglophones

Cameroun: arrestation de 5 "indépendantistes" anglophones

hommes

AFP

Kenya: la maison du vice-président attaquée par des hommes armés

Kenya: la maison du vice-président attaquée par des hommes armés

AFP

Egypte: la police tue 4 hommes accusés d'implication dans un attentat

Egypte: la police tue 4 hommes accusés d'implication dans un attentat

AFP

La Côte d'Ivoire envoie 150 hommes

La Côte d'Ivoire envoie 150 hommes

l'armée

AFP

Lesotho: le roi appelle

Lesotho: le roi appelle

AFP

Mali: deux jihadistes présumés tués par l'armée française

Mali: deux jihadistes présumés tués par l'armée française

AFP

Nigeria: le Biafra sous couvre-feu, après des heurts violents avec l'armée

Nigeria: le Biafra sous couvre-feu, après des heurts violents avec l'armée