mis à jour le

RDC: affrontements entre l'armée et de présumés rebelles ougandais

Des affrontements ont opposé lundi après-midi l'armée congolaise et de présumés rebelles musulmans ougandais près de Beni, une ville de l'est de la République démocratique du Congo théâtre de deux récents massacres ayant fait une quarantaine de morts, a-t-on appris de source officielle.

"Il y a eu contact aujourd'hui avec les rebelles ADF (Forces démocratiques alliées) dans la périphérie de la ville de Beni, à l'intérieur du parc national des Virunga.", a déclaré à l'AFP Julien Paluku, gouverneur de la province instable du Nord-Kivu, précisant qu'une otage avait été libérée.

Les forces armées de la RDC (FARDC) les ont "trouvés là-bas en train de s'organiser, on pense qu'ils prévoyaient de faire une attaque aujourd'hui", a-t-il ajouté. Selon lui, les combats ont dû cesser avec la nuit car "on ne voit pas l'ennemi (...) et on risque de tomber dans une embuscade".

Aucune source militaire n'était joignable dans l'immédiat pour donner plus de précisions sur les combats, et éventuellement donner un bilan. Dans la soirée, l'otage libérée était interrogée et les autorités espèrent obtenir des informations sur les prochains plans des rebelles, a indiqué M. Paluku.

Dans la nuit du 15 au 16 octobre, une trentaine de personnes a été massacrée à Beni, important carrefour commercial de 500.000 habitants. Onze autres personnes ont été tuées dans la nuit de samedi à dimanche, quelques heures après le départ du président Joseph Kabila, qui avait promis de "vaincre" l'ADF.

Du 2 octobre au 2 novembre, les "massacres successifs des ADF" dans différentes localités du territoire de Beni ont coûté la vie à "environ 120 personnes" et poussé des milliers de familles à fuir, a recensé la Société civile du Nord-Kivu.

Hostile au président ougandais Yoweri Museveni, l'ADF est active depuis 1995 dans une région montagneuse du territoire de Beni, où elle commet des exactions (massacres, enrôlements forcés, pillages...) contre les civils et se livre à de lucratifs trafics, dont celui de bois.

L'armée congolaise et la Mission de l'ONU (Monusco) ont lancé depuis janvier une série d'attaques qui ont affaibli l'ADF. Celle-ci a toutefois conservé une capacité de nuisance et repris l'initiative depuis la mort brutale, en août, du général Jean-Lucien Bahuma, chef des opérations de l'armée congolaise.

AFP

Ses derniers articles: Soudan: le Conseil militaire appelle la contestation  Niger: deux policiers tués lors d'une attaque inédite aux portes de Niamey  Soudan: le Conseil militaire appelle la contestation 

affrontements

AFP

Bénin: affrontements entre policiers et populations dans le Nord

Bénin: affrontements entre policiers et populations dans le Nord

AFP

Côte d'Ivoire: 7 morts, 44 blessés dans des affrontements interethniques

Côte d'Ivoire: 7 morts, 44 blessés dans des affrontements interethniques

AFP

Ethiopie: "plusieurs dizaines" de morts dans des affrontements intercommunautaires

Ethiopie: "plusieurs dizaines" de morts dans des affrontements intercommunautaires

l'armée

AFP

Algérie: le chef de l'armée met en garde contre une destruction des fondements de l'Etat

Algérie: le chef de l'armée met en garde contre une destruction des fondements de l'Etat

AFP

Opérations de l'armée française dans le Gourma malien et au Burkina

Opérations de l'armée française dans le Gourma malien et au Burkina

AFP

Soudan: l'armée annule ses accords avec les contestataires, appelle

Soudan: l'armée annule ses accords avec les contestataires, appelle

rebelles

AFP

Centrafrique: des chefs rebelles nommés "conseillers militaires"

Centrafrique: des chefs rebelles nommés "conseillers militaires"

AFP

L'Ethiopie annonce qu'un millier de rebelles oromo ont déposé les armes

L'Ethiopie annonce qu'un millier de rebelles oromo ont déposé les armes

AFP

Manifestations au Soudan: un leader de l'opposition, des rebelles arrêtés

Manifestations au Soudan: un leader de l'opposition, des rebelles arrêtés