mis à jour le

Egypte: un ex-responsable des renseignements condamné

Un tribunal militaire égyptien a condamné un ancien responsable des renseignements généraux à un an de prison pour avoir affirmé dans un entretien à la presse que ces services communiquaient des informations erronées à l'ex-président islamiste Mohamed Morsi, destitué par l'armée.

Le général Tharwat Gouda, un ancien officier des renseignements généraux à la retraite depuis 2010, a été condamné mercredi pour avoir "divulgué des informations portant atteinte à la sécurité nationale", a affirmé le quotidien étatique Al-Ahram jeudi. Il était jugé suite à une plainte des services de renseignements, selon l'agence de presse officielle Mena.

Depuis la destitution de M. Morsi en juillet 2013, les autorités et les médias l'accusent ainsi que sa confrérie des Frères musulmans d'avoir comploté avec des organisations et des puissances étrangères contre les intérêts de l'Egypte.

Dans une interview au quotidien privé Al-Watan en septembre, M. Gouda avait affirmé que "les renseignements généraux égyptiens n'avaient donné aucune (information) correcte" à M. Morsi durant la seule année qu'il avait passé au pouvoir.

Interrogé alors par le journaliste si cela signifiait que les services de renseignements avaient "comploté" contre M. Morsi il avait répondu: "Non, les renseignements n'ont pas comploté contre M. Morsi, c'est Morsi qui très tôt a comploté contre l'Egypte, et nous savions qu'il était un traître avant même qu'il ne devienne président. Et la question se pose: pourquoi lui donner des informations?"

La publication de l'entretien avait déclenché une polémique et M. Gouda avait accusé le journal d'avoir déformé ses propos, tandis que le quotidien s'était dit prêt à publier l'enregistrement sonore de l'interview.

Depuis que l'ex-chef de l'armée et actuel président Abdel Fattah al-Sissi a destitué M. Morsi, le nouveau pouvoir est régulièrement accusé d'instrumentaliser la justice dans sa répression des islamistes.

L'ex-président Morsi comparaît devant la justice dans trois affaires, dont un procès pour espionnage dans lequel il est accusé d'avoir comploté avec le mouvement islamiste palestinien Hamas et la République islamique d'Iran pour déstabiliser l'Egypte.

Il va également être jugé pour la livraison présumée au Qatar de documents relevant de la sécurité nationale, mais la date de l'ouverture du procès n'a pas encore été fixée.

Depuis la destitution de M. Morsi, plus de 1.400 de ses partisans ont été tués, des centaines ont été condamnés à mort dans des procès de masse expéditifs et 15.000 autres ont été emprisonnés.

AFP

Ses derniers articles: Fifa: deux ex-dirigeants africains radiés  Mali: le procès du chef de l'ex-junte Sanogo renvoyé  Alger salue la coopération avec la Belgique sur les migrants 

prison

AFP

Jeune Noir enfermé dans un cercueil: les 2 Sud-africains blancs restent en prison

Jeune Noir enfermé dans un cercueil: les 2 Sud-africains blancs restent en prison

AFP

Attaque d'une prison au Mali: 2 gardes blessés, des dizaines d'évasions

Attaque d'une prison au Mali: 2 gardes blessés, des dizaines d'évasions

AFP

En Gambie, répression politique avant la présidentielle

En Gambie, répression politique avant la présidentielle

renseignements

AFP

L'armée kényane dit avoir tué le chef des renseignements des islamistes shebab

L'armée kényane dit avoir tué le chef des renseignements des islamistes shebab

AFP

Kenya: l'armée affirme avoir tué le chef des renseignements des shebab

Kenya: l'armée affirme avoir tué le chef des renseignements des shebab

AFP

Somalie: un chef des renseignements shebab tué dans une frappe américaine

Somalie: un chef des renseignements shebab tué dans une frappe américaine