mis à jour le

Ouganda: le chef de l'Etat nord-coréen en visite pour renforcer la coopération en sécurité

Le chef de l'Etat nord-coréen, Kim Yong-Nam, entame mercredi une visite de quatre jours en Ouganda, pour renforcer la coopération des deux pays en matière de sécurité, a-t-on appris auprès de la présidence ougandaise.

Au cours de sa visite, Kim Yong-Nam, dont la fonction est largement honorifique dans le pays dirigé par Kim Jong-Un, doit s'entretenir avec le président ougandais Yoweri Museveni "de la façon de renforcer la relation bilatérale des deux pays", a indiqué Tamale Mirundi, porte-parole du président Museveni, à l'AFP.

"La Corée du Nord entraîne déjà nos forces de police aux arts martiaux, ils entraînent notre marine et sont impliqués dans le secteur de la santé", a-t-il ajouté. "Tout cela fait partie des sujets qui seront abordés".

Pyongyang et Kampala entretiennent des relations diplomatiques au plus haut niveau depuis l'indépendance de l'Ouganda en 1962 et la Corée du Nord assure depuis 2007 des programmes de formation de la police ougandaise.

En avril, M. Museveni s'était félicité de la qualité de la formation militaire fournie par la Corée du Nord à son pays. Il avait rappelé que des officiers nord-coréens avaient formé des équipages de char d'assaut et des forces spéciales.

L'Ouganda a cependant toujours nié l'achat d'armes à la Corée du Nord, affirmant avoir seulement acquis de l'équipement non létal, notamment pour disperser des manifestations. Les achats à Pyongyang d'armes et de matériels militaires sont interdits, conformément aux sanctions de l'ONU adoptées après l'essai nucléaire nord-coréen mené en octobre 2006.

Répondant à des critiques et aux soupçons d'irrégularité pesant sur les accords scellés avec Pyongyang en matière de sécurité, le chef de la police ougandaise, Kale Kayihura, avait affirmé en avril qu'une enquête de l'ONU sur la formation dispensée par les Nord-Coréens serait "la bienvenue", les deux pays coopérant "de façon transparente".

Kim Yong-Nam s'est déjà rendu en Ouganda en 2008, lors d'une tournée en Afrique qui l'avait également mené en Angola.

L'armée ougandaise participe notamment à la force de l'Union africaine en Somalie, qui combat les insurgés islamistes shebab aux côtés de la fragile armée somalienne.

Elle est aussi engagée au Soudan du Sud, où elle soutient les forces fidèles au président Salva Kiir, engagées depuis plus de 10 mois dans un conflit meurtrier avec les troupes de l'ex-vice président Riek Machar.

Les forces de police ougandaises font elles l'objet de régulières critiques de l'opposition ougandaise, qui les accuse d'interdire systématiquement les manifestations politiques et de les disperser violemment lorsqu'elles sont maintenues malgré l'interdiction. 

 

AFP

Ses derniers articles: Niger: le président exhorte  RDC: 29 morts dans des affrontements entre miliciens dans l'Est  Afrique du Sud: un homme inculpé pour avoir voulu tuer des membres du gouvernement 

chef

AFP

Tunisie: visite houleuse du chef du gouvernement dans le Sud

Tunisie: visite houleuse du chef du gouvernement dans le Sud

AFP

Zambie: l'accusation de trahison maintenue contre le chef de l'opposition

Zambie: l'accusation de trahison maintenue contre le chef de l'opposition

AFP

Joseph Kony, l'insaisissable chef d'une des plus cruelles rébellions

Joseph Kony, l'insaisissable chef d'une des plus cruelles rébellions

coopération

AFP

Migrations: coopération renforcée entre l'Italie et la Tunisie

Migrations: coopération renforcée entre l'Italie et la Tunisie

AFP

Alger salue la coopération avec la Belgique sur les migrants

Alger salue la coopération avec la Belgique sur les migrants

AFP

Le Sénégal et la France renforcent la coopération contre le "terrorisme"

Le Sénégal et la France renforcent la coopération contre le "terrorisme"

sécurité

AFP

Centrafrique: l'impossible retour à la normale

Centrafrique: l'impossible retour à la normale

AFP

La Tunisie veut croire en une embellie durable de sa sécurité

La Tunisie veut croire en une embellie durable de sa sécurité

AFP

Attentat de Sousse en Tunisie: six agents de sécurité inculpés

Attentat de Sousse en Tunisie: six agents de sécurité inculpés